Publié par Laisser un commentaire

Shampoing solide cheveux gras

Shampoing solide cheveux gras bandeau

Je vous ai parlé à plusieurs reprises, de mes shampoings solides. La question que l’on me pose souvent lors de mes ateliers est : “un shampoing solide à quoi ça sert ?”

Tout aussi efficace qu’un shampoing liquide, le solide se différencie d’un point de vue écologique. En effet, la première différence se situe au niveau de la quantité d’eau utilisée. Le shampoing liquide en contient beaucoup plus que le solide (7 fois plus). Ensuite, il faut parler des contenants, qui sont souvent faits de plastique non recyclable pour les shampoings liquides. À l’inverse, les shampoings solides n’ont pas de contenant (si vous les réalisez vous-même), ou alors, ils sont conditionnés dans des contenants écologiques.

Le shampoing solide se frottent entre les mains mouillées, et s’applique sur cheveux mouillés. Vous pouvez également frotter les shampoings solides directement sur votre cuir chevelu.

Donc, voici les ingrédients que j’ai choisi pour cette nouvelle recette de shampoing solide pour cheveux gras.

Ingrédients

Tensioactifs :  ce sont des agents moussants, qui font partie de la famille des tensioactifs anioniques ; cela signifie qu’ils sont détergents, qui par définition nettoient, lavent. Sans tensioactif, votre shampoing ne durcira pas. Ils vous permettent également d’obtenir un mélange homogènes de matières premières qui ne sont pas miscibles, comme l’huile et certains actifs cosmétiques.

Eau : elle va permettre de faire fondre le tensioactif, et permettra l’obtention d’un mélange homogène de tous les ingrédients.

Argile Rhassoul/Ghassoul : argile minérale provenant du Maroc, elle nettoie les cuirs chevelus en douceur. Elle absorbe le sébum comme un buvard, qui s’évacue au rinçage. Elle est donc parfaite pour les cheveux gras.

Bicarbonate de soude : véritable purifiant pour les cheveux et le cuir chevelu, le bicarbonate de soude (à ne pas confondre avec les cristaux de soude) nettoie, élimine l’excès de sébum et les impuretés. C’est une matière première 100 % pure et biodégradable. Son utilisation régulière permet d’espacer les shampoings. Attention pour les cheveux secs et cuirs chevelus sensibles, il peut assécher.

Huile végétale de Brocoli : Effet gainant qui facilite le démêlage. Elle apporte douceur et brillance,  elle hydrate et nourrit également. L’huile végétale de brocoli est reconnue pour son effet lissant qui contrôle les frisotis.

Huile essentielle de Pamplemousse : elle fortifie les cheveux et lutte contre leur chute. Son action purifiante, assainit le cuir chevelu et est également antipelliculaire.

shampoing solide cheveux gras

La recette est assez simple, une fois que l’on a la technique et les astuces pour obtenir un shampoing solide qui ne s’effrite pas et ne ramollit pas. Vous avez pu le découvrir au fil de mes articles sur ce sujet, qu’il est possible de décliner les recettes de shampoings solides à l’infini.

Pour apprendre à réaliser vos propres shampoings solides selon vos problématiques capillaires, n’hésitez pas à participer à un de mes ateliers de formation.

Le prochain atelier aura lieu le jeudi 8 novembre 2018, à La Chouette Curieuse à Lyon. Vous pouvez dorénavant réserver votre place en vous inscrivant ici : https://yurplan.com/event/Shampoing-solide/31107

Produit vaisselle solide / cake vaisselle

cake vaisselle

À tous les adeptes des produits d’entretien solides, de cosmétiques solides, et pour tous ceux qui souhaitent faire une petite révolution dans la cuisine, cet atelier est pour vous.
Réalisons ensemble un produit vaisselle solide, doux pour la planète et pour vos mains. Supprimons, le plastique du produit vaisselle liquide, ainsi que les emballages, au maximum.

Nous apprendrons ensemble les bases de l’entretien de la maison au naturel, et comment réduire nos déchets ménagers.

Vous repartirez* avec votre cake de vaisselle de 90 grammes, et plein de bons conseils.
N’oubliez pas votre cahier de notes.

*le cake vaisselle de 90g devra sécher plusieurs heures avant le démoulage, vous pourrez donc le récupérer -muni d’un Tupperware ou contenant pour le transporter – à la boutique Bulko dès le lendemain.

L’ATELIER NE CONVIENT PAS AUX FEMMES ENCEINTES ET AUX ENFANTS, CAR MANIPULATION DE MENTHOL PENDANT L’ATELIER

Publié par Laisser un commentaire

Shampoing no poo aux poudres ayurvédiques

No poo poudres ayurvédiques

Nous avions déjà parler du shampoing no poo, dans le dossier sur la réduction des déchets cosmétiques. Aujourd’hui je vous propose une recette complète, avec tout ce qu’il y a à savoir sur les poudres ayurvédiques.

Le shampoing no poo :

Par définition, le terme shampoing no poo vient de la contraction de « no-shampoo ». C’est-à-dire pas de shampoing. Un shampoing au sens traditionnel, comme on peut le trouver en grande surface, se compose entre autres d’agents décapants, nettoyants et moussants que l’on nomme tensioactifs. Il existe plusieurs catégories de tensioactifs, dont ces fameux agents nettoyants, auxquels nous nous intéressons.

Le concept du no-poo consiste à espacer les shampoings, jusqu’à ne plus les laver au sens traditionnel. Nous pouvons espacer nos shampoings en utilisant des « shampoings secs ». En terme de shampoing sec doux pour le cuir chevelu, et la nature, il existe de nombreuses solutions. Pour ma part, j’utilise de la Maïzena. Pour les brunes, vous pouvez ajouter du cacao (sans sucre), ou du brou de noix, pour donner une teinte marron au shampoing sec. Appliquée aux racines (en évitant le crâne), en petite quantité grâce à une salière ou d’un gros pinceau, elle absorbe le surplus de sébum. N’oubliez pas, après l’application, de bien brosser vos cheveux pour répartir la poudre et enlever le surplus.

No poo, et environnement

Le no-poo consiste également à utiliser des produits doux, respectueux de l’environnement, et de notre santé. Les soins no-poo se font donc avec des poudres de plantes, dont les poudres ayurvédiques, dont nous parlerons ici. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, ce n’est pas « sale » de se laver les cheveux avec de la « terre ». En effet, beaucoup de poudre de plantes et d’argiles ont des vertus purifiantes, et se composent de saponines, qui elles, nettoient. Sous forme de pâte en les mélangeant avec de l’eau, ces poudres sont faciles d’application.

Pour les soins no poo, le brossage est également très important. Privilégiez une brosse en bois, sans picot au bout, pour éviter que les noeuds ne se coincent. Ces brosses-là démêlent en douceur, et offre un massage crânien en même temps. Sa composition en bois est respectueuse de l’environnement.

no poo + brosse

Les poudres ayurvédiques :

Ce sont des plantes, des épices, des racines, des argiles réduites en poudre, avec des vertus visant à rééquilibrer les doshas (voir l’article sur l’Ayurveda en cosmétique). Il en existent plusieurs centaines. Dans la philosophie ayurvédique, les plantes sont l’âme de la Terre. Nous sommes constitués des mêmes éléments que notre environnement, et notre organisme fonctionne selon les mêmes principes que le reste de l’univers. Ces poudres de plantes, et épices sont donc les remèdes utilisés en Ayurveda.

Mon masque aux poudres ayurvédiques :

Poudre de Neem ou poudre de Margousier :

L’arbre Neem, venant d’Inde, possède de grandes vertus. En cosmétique, la poudre de Neem nettoie le cuir chevelu. Elle le débarrasse de toutes les toxines accumulées au fil des jours. Elle est apaisante, soulage les démangeaisons, et lutte contre les pellicules.

Poudre d’Orange :

Selon les principes de l’Ayurvéda, l’Orange amère est connue pour apaiser Vâta et Kapha, et augmenter Pitta. L’Oranger amer appartient à la famille des Rutacées. La poudre d’Orange est obtenue à partir de l’écorce d’orange amère, séchée à l’air libre, puis réduite en poudre. Cette poudre ayurvédique est reconnue pour ses vertus cosmétiques tant sur la peau que sur les cheveux.

Utilisée en shampoing no poo, elle nettoie le cuir chevelu. Elle donne de la brillance aux cheveux, de la douceur, facilite le démêlage, et renforce la fibre capillaire. C’est également un stimulant pour le cuir chevelu, et son odeur fraîche parfumera votre chevelure.

Poudre de Reetha, Ritha, ou Aritha:

Elle est issue des noix du Sapindus Mukorossi. En Inde, le Reetha est surtout incontournable pour nettoyer, et prendre soin de la chevelure, car riche en saponines. La poudre de Reetha nettoie le cuir chevelu, et le débarasse de toutes les impuretés accumulées. C’est une des poudres ayurvédiques qui mousse. C’est un ingrédient de choix dans les soins qui luttent contre les pellicules. La poudre de Reetha laisse les cheveux propres et soyeux, et s’utilise en mélange avec d’autres poudres naturelles sous forme de pâte, ou poudre nettoyante. Elle s’utilise également, en décoction pour réaliser des lotions nettoyantes pour peaux, et cheveux. Elle laisse les cheveux brillants, et doux.

poudres ayurvédiques no poo

Recette :

  • 1 cuillère à soupe de poudre de Neem
  • 2 cuillères à soupe de poudre d’Orange
  • 2 cuillères à soupe de poudre de Reetha
  • Eau frémissante

Dans un bol, mettez les poudres de plante, puis ajoutez l’eau frémissante, pour former une pâte homogène. Je vous conseille d’ajouter l’eau cuillère par cuillère. Utilisez une cuillère à soupe. Il faut obtenir une pâte ni trop liquide, ni trop épaisse, pour une application aux racines. Laissez infuser pendant 10 minutes,et que l’eau refroidisse.

Mouillez vos cheveux, et essorez-les avec une serviette. Appliquez le no poo aux racines, grâce à un pinceau de coloration, ou vos doigts. Enroulez vos cheveux d’un foulard assez épais pour garder la chaleur. Laissez poser le no poo au moins 20 minutes. Enlevez votre foulard, humidifiez les racines, et malaxez votre crâne. Rincez abondamment.

Si vos cheveux vous paraissent asséchez vous pouvez ajouter de l’huile végétale. Pour les cheveux gras, je vous conseille d’en ajouter en très petite quantité, ou alors de ne l’appliquer que sur les longueurs, et les pointes. Si vous souhaitez en ajouter au no poo, privilégiez l’huile végétale de jojoba qui est sébo-régulatrice. Pour les longueurs et racines, vous pouvez utiliser de l’huile de coco, qui est très nourrissante (en petite quantité). Lors du rinçage, malaxez vos longueurs et pointes avec le no poo, pour retirer l’excédent d’huile.

no poo en pâte

 

Publié par Laisser un commentaire

Réduisons nos déchets cosmétiques : le corps

bandeau chapitre 3 réduisons nos déchets cosmétiques le corps

Dans la continuité de notre dossier sur la réduction des déchets cosmétiques, nous abordons aujourd’hui un nouveau chapitre. Comment réduire nos déchets dans la salle de bain, et prendre soin de notre corpsJ’ai entrepris cette démarche, quand j’ai débuté la fabrication de mes propres cosmétiques, et je voulais partager avec vous ces alternatives qui existent. Je vous explique mon quotidien dans la salle de bains. Ayant pour objectif d’utiliser uniquement des produits réutilisables, qui réduisent la pollution cosmétique tout en étant efficaces. 

Voici les thèmes de ce dossier :

  • Introduction : les déchets cosmétiques en quelques mots (dans chaque chapitre)
  • Les cheveux (chapitre I)
  • Le visage (chapitre II)
  • Le corps (chapitre III)
  • L’hygiène dentaire et auriculaire (chapitre IV)

Les Déchets cosmétiques en quelques mots

Pour débuter, il me semble judicieux de rappeler la définition d’un cosmétique : un produit cosmétique est une « substance ou un mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles”. Source le site santé-gouv 

En 2015, l’institut de sondage Ipsos publie un bilan assez inquiétant sur les déchets cosmétiques créés par les français. En effet, il en ressort que 75 000 tonnes de produits cosmétiques et d’hygiène sont jetés. Des déchets, qui ne sont malheureusement pas triés la plupart du temps. Il arrive que l’on jette dans la cuvette des toilettes certaines choses pensant que cela n’aura pas d’impact sur l’environnement. Or, tous ces déchets-là, parmi d’autres, sont rejetés dans les océans, qui sont aujourd’hui pollués. À tel point que plusieurs scientifiques ont rebaptisé une zone au large de la côte ouest des Etats-Unis le 7ème Continent.

L’association Surfrider Europe, qui se bat pour la protection des océans et du littoral, a récolté en 2015 plus de 16 000 coton-tiges sur les plages et les bords de rivières. Pour vous donner une idée, cela représente 3 fois et demi la hauteur de la tour Eiffel, lorsque l’on les met bout à bout. Autre exemple assez alarmant, celui des brosses à dents en plastique. Ces dernières créent plus de 1400 tonnes de déchets chaque année. Le plastique n’étant pas recyclage (seuls les bouteilles et les flacons se recyclent), cela crée des déchets qui empoisonnent notre environnement et la biodiversité. Je ne vous parle pas des tubes de dentifrice en plastique et ses composants néfastes qui s’ajoutent à cette pollution due aux cosmétiques.

La marque de cosmétiques solide Lamazuna, poste chaque mois un bilan des déchets qui ont été évités (selon leurs ventes). Consommer autrement permet donc réellement de protéger la nature.

lamazuna bilan réduisons nos déchets cosmétiques

Aujourd’hui, le problème de la pollution plastique ne peut plus être ignoré. Il faut que nous fassions notre part et agissions en être responsable. Beaucoup de marques proposent des alternatives et relayent des conseils pour pouvoir consommer sainement.

Un autre problème de pollution dû au maquillage est présent dans bon nombre de nos salles de bains. Celui des cotons démaquillants. En effet, étant faits en coton, on ne s’imagine pas que cela peut polluer. Malheureusement, ils créent tout autant de déchets si ce n’est plus, car ils sont jetés quotidiennement. De plus, la culture du coton conventionnel est la plus polluante au monde, car elle requiert énormément d’eau. Selon Consoglobe, une femme utilise en moyenne, 6 cotons par jour pour se démaquiller. Ceci équivaut à 180 cotons par mois et 2160 par an !

Réduisons nos déchets cosmétiques en pensant différemment. Pensons à la planète avant tout. De plus, cette consommation quotidienne nous coûte cher. Les solutions que je vous propose ci-dessous, sont non seulement écologiques mais aussi économiques. Ne donnons pas d’argent pour payer les services marketing de ces grandes marques peu scrupuleuses. Sachez que je suis issue d’une formation en communication et en marketing donc je sais de quoi je parle.réduisons nos déchets cosmétiques

Gommage

Il existe plusieurs manières d’exfolier son corps pour enlever nos peaux mortes. Le gommage favorise une meilleure circulation sanguine, et aide la peau à se régénérer. Nous allons tout d’abord mentionner les accessoires de cosmétiques zéro déchet.

  • L’éponge Loofa (loofah ou luffa)

    Utilisée par les égyptiens pour leurs soins de beauté, cette éponge est 100 % naturelle. C’est en effet, l’éponge loofa est créée à partir du fruit de la courge éponge, que l’on fait sécher. Après avoir séché, elle est vidée de ses graines, puis blanchit dans l’eau bouillante. Elle s’utilise sous la douche, avec votre savon noir, ou d’Alep. Rincez à l’eau froide, pour resserrer les pores. L’éponge loofa favorise une meilleure circulation sanguine et lutte contre la cellulite. Elle élimine également toutes les peaux mortes, et les impuretés. À utiliser une fois par semaine, surtout pour les peaux les plus sensibles. Après chaque utilisation, pensez à bien hydrater votre peau, avec votre soin habituel.

  • Le Mhakka

    Pierre ponce venue du Maroc, elle est fabriquée à base d’argile. Cette poterie d’argile est sculptée, et est en relief. On la retrouve souvent dans les hammams, pour éliminer les peaux mortes les plus récalcitrantes. Elle est également efficace sur les callosités, et la corne aux pieds. Elle s’utilise sur peau mouillée et dans la tradition, avec du savon noir. Il faut tout d’abord mouiller la peau à l’eau chaude pour dilater les pores. Appliquez ensuite, le savon noir et laissez poser quelques minutes. Rincez à l’eau chaude, puis effectuer le gommage avec le mhakka. Rincez à l’eau froide, pour resserrer les pores. Le mhakka lutte également contre la cellulite (massages circulaires), et favorise la circulation du sang. À utiliser 1 à 2 fois par semaine. Il faut également hydrater sa peau après utilisation ; avec de l’huile d’Argan par exemple.

  • Le Kessa

    Le gant de gommage le plus connu. Provenant également du Maroc, ce gant était autrefois fabriqué en poil de chèvre. Comme ici, on est le plus possible vegan, il existe heureusement,  des versions synthétiques BIO. Le kessa s’utilise de la même façon que le mhekka. Sur une peau mouillée, lavée au savon noir, et rincée, faites des mouvement circulaires avec votre gant. Appliquez ensuite une huile végétale ou une crème pour hydrater, et apaiser votre peau. Vous pourrez avoir quelques rougeurs après l’utilisation de ces trois accessoires de gommage.

réduction des déchets cosmétiques : gommage corps

Si vous souhaitez faire un gommage hydratant et nourrissant à la fois, voici une petite recette maison, sans aucun accessoire :

Huile de coco + marc de café + gros sel

Si vous voulez réaliser ce gommage en grande quantité, pour le garder plusieurs jours voir semaines, il faudra ajouter un anti-oxydant. En effet, pour éviter le rancissement de votre huile et donc jeter votre mélange, ajoutez de la Vitamine E. Il faudra compter entre 0,02 % à 0,2 % du poids total de votre huile végétale. Exemple :

  1. pour 100 g d’huile végétale, il faudra 0,2 g de vitamine E (0,2 %)
  2. 0,2 / 0,95 = 0,21 ml (pour convertir des g en ml, il faut diviser les g par la densité, qui pour la vitamine E est de 0,95)
  3. 1 ml de vitamine E = 32 gouttes, donc 0,21 x 32 = 6,72
  4. On arrondit à la valeur supérieure. Il vous faudra donc 7 gouttes de Vitamine E pour 100 ml d’huile végétale

Le lavage

Pour laver votre corps sans assécher votre peau, je vous conseille les mêmes savons que pour laver votre visage ; le savon surgras. Leur emballage (s’ils en ont), est généralement recyclable ou recyclé. Ceux-ci vous permettent donc de réduire vos déchets cosmétiques. Il existe plusieurs marques qui utilisent la méthode de la saponification à froid, qui est sans impact sur l’environnement, et hydrate votre peau.

La Saponification à froid

La technique de la saponification à froid consiste à mélanger 3 ingrédients : de la soude caustique, de l’eau et de la graisse. Il peut s’agir de graisse animale ou végétale. Nous ne nous intéresserons uniquement à la graisse végétale, c’est-à-dire, les huiles et beurres végétaux. Comme son nome l’indique, la saponification à froid ne nécessite pas de chauffe. Ce sont les actions de mélanger, puis de remuer la soude caustique, et l’eau avec les graisses, qui forment la pâte à savon. Cette réaction chimique entre ces éléments s’appelle la saponification.

À cette pâte à savon, vous pouvez y ajouter des huiles essentielles, des colorants naturels, etc. Vous pourrez/voudrez également ajouter un pourcentage d’huile végétale supplémentaire, qui ne sera pas saponifiée. Ce sera le pourcentage de sugraissage. Vous pouvez le voir sur certaines étiquettes ; savon surgras 8 %, par exemple.

Le mélange va s’auto-chauffer et entraîner la saponification. Avant de pouvoir utiliser un savon que l’on réalise, il faut qu’il fasse une cure d’au moins 4 semaines. C’est pendant cette période que la saponification va se faire entièrement. Après 4 semaines, vous obtiendrez un produit qui contient du savon + de la glycérine naturelle. Cette glycérine créée, est un excellent agent hydratant, humectant, et émollient. Elle permet de capter l’humidité, de la retenir sur la peau, mais également de détendre et d’adoucir les tissus. Le surgraissage en huiles ou beurres végétaux, permet de nourrir et protéger la peau.

L’apprentissage

Si vous souhaitez réaliser vos propres savons, je vous invite à visiter le blog de Biotenaturelle, qui a écrit un article très complet et instructif sur “comment faire son savon”. Il existe aussi plusieurs ouvrages, notamment celui de Leanne & Sylvain Chevallier, qui a été très formateur pour moi : Je crée mes savons au naturel.Je crée mes savons au naturel : réduire ses déchets cosmétiques

N’hésitez pas à découvrir sur youtube, des vidéos d’amateurs ou professionnels qui fabriquent artisanalement leurs savons, et en font des vraies œuvres d’art : Royalty swap, Kapia Mera swap, Soap Queen, Ariane Arsenault. En avant pour la réduction des déchets cosmétiques avec les savons faits maison !

Hydrater & nourrir sa peau

L’hydratation

Avant toute chose, il faut savoir que la peau est imperméable à l’eau. Si non, comment ferait-on lorsqu’il pleut ou qu’on se baigne ? Nous serions une véritable éponge. Notre corps est composé environ à 65 % d’eau, et notre peau fait barrière à son évaporation totale. Par contre, elle est capable d’éliminer de l’eau via la respiration, la transpiration, etc. On compense cette perte en eau, avec notre alimentation, et l’eau que l’on boit au quotidien. Il faut boire environ 1,5 L d’eau par jour.

Malheureusement, la peau peut montrer des signes de déshydratation lorsque les apports en eau, ne compensent pas les pertes. Les signes visibles se traduisent par des tiraillements, la “peau de crocodile”, peau sèche, ridules, etc. Il faut donc penser à boire, pour avoir une peau bien hydratée. Une alimentation déséquilibrée, le stress, la fatigue, tabagisme, etc., sont des facteurs de déshydratation de la peau.

Dire qu’une crème va hydrater votre peau, c’est donc jouer avec les mots. On peut croire que l’eau contenue dans une crème va hydrater. Hélas comme la peau est imperméable à l’eau, elle va s’évaporer. En revanche, les corps gras contenus dans vos crèmes (huiles et beurres végétaux), et certains actifs cosmétiques humectants, vont protéger la peau, et agir comme une barrière. En effet, ils vont former un film non-occlusif, qui aura pour rôle d’empêcher l’eau de s’évaporer.

Quels produits utiliser pour hydrater et nourrir ma peau ?

Les lipides contenus dans les huiles et beurres végétaux ont pour rôle de nourrir votre peau. Les huiles et beurres végétaux ont pour rôle de protéger le film hydrolipidique de l’épiderme. Plus le film hydrolipidique est fragile, plus les peaux sont sèches. Ils faudra utiliser plus régulièrement une huile ou un beurre végétal, mais aussi choisir les plus riches. À l’inverse pour les peaux grasses, il faudra utiliser des huiles végétales qui pénètrent facilement la peau, et qui sont sébo-régulatrices.

Pour réduire vos déchets cosmétiques, vous pouvez concocter vous-même votre soin “minute”, en mélangeant du gel d’aloé vera avec l’huile végétale de votre choix. Un mélange va se créer (mais attention les deux ingrédients ne sont pas miscibles). Je vous propose donc une petite recette minute pour hydrater et nourrir votre corps. Dans un bol, mélangez à l’aide d’un mini fouet, 4 cuillères à soupe (au minimum) d’huile végétale d’avocat avec 4 cuillères à soupe (au minimum) de gel d’aloe vera. Fouettez jusqu’à obtenir un mélange homogène, puis appliquez sur votre corps. Les quantités dépendent de votre morphologie, donc n’hésitez pas à les ajuster.

Merci pour la lecture, à très vite,

 

Publié par Laisser un commentaire

Chapitre 1 : Réduisons nos déchets cosmétiques – les cheveux

Réduisons nos déchets cosmétiques Chapitre 1 : les cheveux

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’animer un atelier/conférence au salon “Vivre Autrement”. J’avais choisi le thème Réduisons nos déchets cosmétiques. En effet, c’est une démarche que j’ai entreprise quand j’ai débuté la fabrication de mes propres cosmétiques, et je voulais partager avec vous, ces alternatives qui existent. Dans ces articles issus du dossier réduisons nos déchets cosmétiques, je vais vous expliquer mon quotidien dans la salle de bains. Ayant pour objectif d’utiliser uniquement des produits qui réduisent la pollution cosmétique tout en étant efficaces. Ce dossier abordera plusieurs thèmes, comme celui auquel nous nous intéressons aujourd’hui : les cheveux.

Voici les thèmes qui seront traités dans ce dossier réduisons nos déchets cosmétiques :

  • Introduction : les déchets cosmétiques en quelques mots (dans chaque chapitre)
  • Les cheveux (chapitre I)
  • Le visage (chapitre II)
  • Le corps (chapitre III)
  • L’hygiène dentaire et auriculaire (chapitre IV)

Les Déchets cosmétiques en quelques mots

Pour débuter, il me semble judicieux de rappeler la définition d’un cosmétique : un produit cosmétique est une « substance ou un mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles”. Source le site santé-gouv 

En 2015, l’institut de sondage Ipsos publie un bilan assez inquiétant sur les déchets cosmétiques créés par les français. En effet, il en ressort que 75 000 tonnes de produits cosmétiques et d’hygiène sont jetés. Des déchets, qui ne sont malheureusement pas triés la plupart du temps. Il arrive que l’on jette dans la cuvette des toilettes certaines choses pensant que cela n’aura pas d’impact sur l’environnement. Or, tous ces déchets-là -parmi d’autres- sont rejetés dans les océans, qui sont aujourd’hui pollués. À tel point que plusieurs scientifiques ont rebaptisé une zone au large de la côte ouest des Etats-Unis le 7ème Continent.

L’association Surfrider Europe, qui se bat pour la protection des océans et du littoral, a récolté en 2015 plus de 16 000 coton-tiges sur les plages et les bords de rivières. Pour vous donner une idée, cela représente 3 fois et demi la hauteur de la tour Eiffel, lorsque l’on les met bout à bout. Autre exemple assez alarmant, celui des brosses à dents en plastique. Ces dernières créent plus de 1400 tonnes de déchets chaque année. Le plastique n’étant pas recyclable, ces déchets sont juste là, et empoisonnent notre environnement et la biodiversité. Je ne vous parle pas des tubes de dentifrice en plastique et ses composants néfaste qui s’ajoutent à cette pollution due aux cosmétiques.

Aujourd’hui, le problème de la pollution plastique ne peut plus être ignoré. Il faut que nous fassions notre part et agissions en être responsable. Beaucoup de marques proposent des alternatives et relayent des conseils pour pouvoir consommer sainement.

Un autre problème de pollution dû au maquillage est présent dans bon nombre de nos salles de bains. Celui des cotons démaquillants. En effet, étant faits en coton, on ne s’imagine pas que cela peut polluer. Malheureusement, ils créent tout autant de déchets si ce n’est plus, car ils sont jetés quotidiennement. De plus, la culture du coton conventionnel est la plus polluante au monde, car requiert énormément d’eau. Selon Consoglobe, une femme utilise en moyenne, 6 cotons par jour pour se démaquiller. Ceci équivaut à 180 cotons par mois et 2160 par an !

Réduisons nos déchets cosmétiques en pensant différemment. Pensons à la planète avant tout. De plus, cette consommation quotidienne nous coûte cher. Les solutions que je vous propose ci-dessous, sont non seulement écologiques mais aussi économiques. Ne donnons pas d’argent pour payer les services marketing de ces grandes marques peu scrupuleuses. Sachez que je suis issue d’une formation en communication et en marketing donc je sais de quoi je parle.

réduisons nos déchets cosmétiques

Prendre soin de ses cheveux

 Le shampoing no poo : par définition, le terme shampoing no poo vient de la contraction de “no-shampoo”. C’est-à-dire pas de shampoing. Un shampoing au sens traditionnel, comme on peut le trouver en grande surface se compose entre autres d’agents décapants, nettoyants et moussants qu l’on nomme tensioactifs. Il existe plusieurs catégories de tensioactifs dont ces fameux agents nettoyants, auxquels nous nous intéressons.

Le concept du no-poo consiste à espacer les shampoings jusqu’à ne plus les laver au sens traditionnel. Nous pouvons espacer nos shampoings en utilisant des “shampoings secs”. En terme de shampoing sec doux pour le cuir chevelu et la nature, il existe de nombreuses solutions. La première et celle que j’utilise est la Maïzena. Appliquée à la racine (en évitant le crâne), en petite quantité grâce à une salière ou d’un gros pinceau, elle absorbe le surplus de sébum. N’oubliez pas, après l’application, de bien brosser vos cheveux pour répartir la poudre et enlever le surplus.

Le no-poo consiste également à utiliser des produits doux et respectueux de l’environnement, et de notre santé. Les soins no-poo se font donc avec des poudres de plantes (poudres ayurvédiques), des argiles et du bicarbonate de soude par exemple. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, ce n’est pas “sale” de se laver les cheveux avec de la “terre”. En effet, beaucoup de poudre de plantes et d’argiles ont des vertus purifiantes et se composent de saponines qui elles, nettoient. Sous forme de pâte en les mélangeant avec de l’eau, ces poudres sont faciles d’application.  Ou alors, sous forme de “shampoing sec”. Plusieurs poudres de plantes sont de couleur foncée, elles s’adapteront parfaitement aux cheveux bruns. Mélangée à la Maïzena, vous pouvez adapter votre shampoing sec à votre couleur de cheveux.

Dans le concept du no-poo, le brossage quotidien des cheveux est très important. Non seulement, il permet de répartir le sébum, d’éliminer des résidus et impuretés, mais également, d’aérer la chevelure. Réduisons nos déchets cosmétiques en utilisant des brosses écologiques comme les brosses en bois avec les picots aussi en bois. Ces brosses-là ont pour avantage de ne pas agresser le cuir chevelu, mais au contraire, le masse. De plus, elles le stimule et empêche l’électricité statique des cheveux. Nous réduisons nos déchets cosmétiques en n’achetant plus de shampoings qui ont pour contenant des bouteilles en plastique, et qui sont composés d’éléments polluants. Voici donc quelques idées de recettes de shampoings no poo en pâte à faire à la maison et à laisser poser sur le cuir chevelu :

Cheveux gras : Rhassoul + Poudre d’Orange + Eau frémissante

Cheveux secs : Poudre de Reetha (riches en saponine) + Poudre d’Orange + Eau frémissante + Huile végétale d’Avocat

 Colorés : Poudre de Sidr (riches en saponine) + Eau frémissanteno poo poudres ayurvédiques réduisons nos déchets cosmétiques

L’astuce en plus : fabriquer sa propre poudre d’orange, c’est possible et très simple. La poudre d’orange est une poudre ayurvédique que vous pourrez utiliser en shampoing sec ou en shampoing en pâte. Elle nettoie les cheveux, les rend brillants, les démêle, stimule et tonifie le cuir chevelu. Pour la fabriquer, il suffit simplement de garder les peaux d’oranges et de les faire sécher au four à basse température par exemple. Suite à cela, vous pourrez les broyer soit avec un pilon soit un mixeur. Cette poudre sera efficace tout en parfumant vos cosmétiques.

Le shampoing solide : il existe deux types de shampoing solide ; les pains de savon surgras, qui, agrémentés d’argiles ou d’autres poudres de plantes peuvent s’adapter à chaque type de cheveux. À la différence des savons surgras utilisés pour le corps, ceux pour les cheveux peuvent contenir également un agent moussant supplémentaire. Il existe également des shampoings solides (non surgras) qui sont faits à partir de tensioactifs.

La différence entre le shampoing surgras et le shampoing solide est la fabrication. Le premier se produit à froid, et l’autre a besoin que ses composants soient chauffés pour bien se mélanger. Vous pourrez trouver sur le blog, plusieurs recettes de shampoings solides pour cheveux secs, cheveux gras et cheveux mixtes & colorés.

Ces deux types de formules sont réalisables à la maison et sont très bonnes pour l’environnement. Nous réduisons nos déchets cosmétiques avec ces produits, car ils n’ont que très peu, voire pas d’emballage et leur composition est douce pour la planète. Quand vous achetez ces produits, les emballages sont très souvent biodégradables et/ou réutilisables. Il faut savoir que le shampoing liquide en bouteille, requiert de grandes quantités d’eau à la production. En effet, ils sont généralement constitués à plus de 75 % d’eau. Les bouteilles plastiques qui servent de contenants sont très difficiles à recycler (quand elles sont recyclables).Les shampoings solides : réduisons nos déchets cosmétiques

L’après/avant shampoing nourrissant : au plus simple et efficace, je vous conseille d’appliquer de l’huile végétale de coco sur vos longueurs. Vous pouvez appliquer l’huile sur cheveux secs ou mouillés. Laissez poser 30 minutes minimum et rincez en faisant un shampoing. Le shampoing va permettre d’éliminer le surplus d’huile que vos cheveux n’auront pas absorbé. Pour ceux qui préfèrent, il existe également des marques qui proposent des avant-shampoings nourrissants solides, respectueux de l’environnement. Pour aller encore plus loin, je vous propose cette recette pour réaliser vous-même vos avant shampoings solides.

Le lissage : les fers à lisser que l’on utilise traditionnellement de par leur composition, leur méthode de fabrication, mais aussi d’utilisation, ne sont pas très écologiques. De plus, comment fait-on lorsque l’on n’a pas accès à une prise électrique ? Voici mon alternative naturelle : le Kardoune. La méthode du kardoune pour lisser les cheveux est ancestrale et vient du Maghreb. Il s’agit d’un ruban en coton tissé qu’il faut enrouler (très serré) sur toute la longueur des cheveux humidifiés, et à garder toute la nuit. Voici un tutoriel vidéo de l’utilisation du Kardoune. Nous réduisons nos déchets cosmétiques, car le kardoune est réutilisable jusqu’à ce qu’il s’abîme, et, car nous n’utilisons aucune autre source d’énergie polluante pour nous faire belle !kardoune réduisons nos déchets cosmétiques

Voilà, vous savez tout de ma routine capillaire pour réduire mes déchets cosmétiques. Le chapitre 2 de cette démarche réduisons nos déchets cosmétiques concernera les soins du visage. J’espère que vous aurez appris des choses dans cet article, et que vous serez aussi sensibilisés que moi. À très vite les amis.

Publié par Un commentaire

Gommage vegan + masque visage à la spiruline

Gommage vegan au sirop d'agave + marc de café & masque à la spiruline et poudre de neem

Bonjour Bonjour à tous. Bon retour de vacances à ceux qui comme moi sont de retour à la maison. Pour bien commencer la semaine, on parle masque purifiant à la Spiruline et gommage vegan . Vous me direz pourquoi Vegan? Je vous explique; Un gommage se compose d’un exfoliant doux et d’un humectant pour hydrater. Parmi les exfoliants vous pourrez utiliser par exemple le marc de café, les perles de jojoba, le sucre roux, le gros sel (pour le corps) etc. Les humectants habituellement utilisés sont le miel, les huiles végétales, la glycémie végétal etc.

Pour ma part, j’ai très souvent utilisé le miel car il a de nombreuses vertus. En effet, il est anti-oxydant, nourrissant, régénérant etc. J’ai pris la décision de ne plus utiliser de produit animal dans mes cosmétiques maison, j’ai donc trouvé une alternative tout aussi efficace : Le sirop d’Agave, fait à partir de plantes dont l’Agave Tequilana. Il fait tout aussi bien le travail et permet à nos petites abeilles de butiner tranquillement

Donc, pour revenir à notre soin visage, on utilise un gommage pour préparer la peau au masque. Le gommage va venir ouvrir et désincruster les pores obstrués. Le masque quant à lui, va venir nettoyer les pores, les resserrer, nettoyer la peau et, selon les ingrédients que vous choisissez, il aura d’autres vertus (anti-âge, couperose, cicatrices etc.)

Voici de quoi le gommage vegan se compose:

  • Marc de Café : Antioxydant, il est très efficace dans les soins anti âge. Il est également tonifiant et améliore l’état général des cernes
  • Sirop d’Agave : hydratant, antibactérien et nourrissant, c’est le substitut vegan parfait au miel

Premièrement, on applique le gommage sur tout le visage (en évitant le contour des yeux évidemment) et on masse doucement (aucun besoin d’appuyer et agresser la peau, le gommage doux fait parfaitement son travail)

gommage vegan sirop d'agave et marc de café

Le masque purifiant :

  • Spiruline : Micro algue comestible (article à venir sur la spiruline dans nos plats) qui a de nombreuses vertus alimentaires et cosmétiques. Antioxydante, elle régénère et améliore l’élasticité  la peau, prévient l’apparition des rides et resserre les pores (plus d’infos ici)

spriuline en poudre et algue

  • Poudre Ayurvédique de Neem : Purifiant et antiseptique, elle va nettoyer la peau. Pour les peaux grasses, elle régule l’excès de sébum et lutte activement contre l’acné. Cependant, faites attention, je trouve cette poudre irritante au niveau des yeux et des voies respiratoires. Je préfère la manipuler avec un masque sur le nez et la bouche et mes lunettes de vue, car sinon mes yeux piquent et je commence à tousser. Pour ces raisons, même si elle est très efficace je ne l’utiliserai plus dans mes masques visage

Pour réaliser ce masque, j’ai utilisé une cuillère à soupe de poudre de Neem et une cuillère à café de Spiruline

Spiruline + poudre de neem

Ensuite, j’ai ajouté de l’eau frémissante/bouillante pour qu’une pâte homogène se forme. Vous pourrez doser selon votre goût l’eau et la poudre ayurvédique que vous utilisez pour que la consistance vous plaise. Comme à chaque fois que vous utiliserez une poudre ayurvédique, mélangez uniquement avec des ustensiles en bois pour ne pas altérer la qualité des poudres. On laisse le mélange refroidir 20-30 minutes, ce qui laissera également le temps aux actifs de se libérer. Enfin, on applique sur le visage et on s’occupe pendant 10-15 minutes et on rince à l’eau claire. N’oubliez pas de vous hydrater la peau après les masques, les poudres Ayurvédiques ont tendance à “assécher”. Après ce masque j’ai utilisé l’huile végétale de Macadamia qui est nourrissante et anti-déshydratation

Ou trouver les ingrédients de la recette :

Marc de café : Dans votre jolie petite cafetière

Sirop d’Agave : grandes surfaces & magasin bio

Spiruline : Aroma-Zone

Poudre de Neem : Aroma-Zone, Beauté Bien-être, Azae pur

Je vous propose une autre recette de masque purifiant au Charbon végétal activé, pour les curieux …

Sur ce, je vous souhaite une très belle journée, et merci pour la lecture

Publié par Un commentaire

Shampoing solide pour Cheveux Secs

Hello Hello à tous, j’espère que vous allez bien. Aujourd’hui, on va parler d’un shampoing solide que j’ai réalisé pour ma petite maman qui a les cheveux à l’origine frisés (mais qui les lisse), secs et très blonds (mèches + décoloration + coloration)

J’ai choisi le format d’un shampoing solide parce que pour avoir testé le format je suis fan, il est super écologique car pas d’emballage (youhooouu!). Il permet entre 70 et 80 lavages donc plutôt pratique le coco

Pour en revenir au cheveux de ma mom’s; Elle recherchait un shampoing qui apporterait de la brillance aux cheveux, les protègerait, apporterait un toucher douceur ET qui les nourrirait également! Rien que ça !

Je me suis donc mise à la recherche de la recette parfaite que je pourrai lui concocter et voilà les éléments j’ai sélectionnés :

Huiles Végétales & beurre:

Huile Végétale de Brocoli : Effet gainant qui facilite le démêlage. Elle apporte douceur et brillance,  elle hydrate et nourrit également. L’huile végétale de brocoli est reconnue pour son effet lissant qui contrôle frisotis et petites boucles

Beurre Végétal de Karité : Il redonne brillance, beauté et nourrit profondément les cheveux. Il prolonge et protège les colorations capillaires

  Poudre ayurvédique:

 Reetha : Elle nettoie les cheveux et cuir chevelu et l’assainit en douceur (car antimicrobienne), elle embellit la chevelure et laisse les cheveux brillants et soyeux. Très riche en saponine, elle donne encore encore plus d’effet moussant au shampoing!

Actif Cosmétique (tout à fait optionnel):

– Protéines de soie : Améliorent et maintiennent l’hydratation des cheveux et les rend donc doux, soyeux, brillants. Elles les gainent et les lissent également

  Huiles Essentielles

– Ylang-Ylang : Protège le cheveu et apporte souplesse et éclat

Tensioactif :

– SCI + Sodium de coco sulfate : Effet moussant, nettoyant, démêlant. Le SCI est le plus doux que j’ai trouvé pour la fabrication des shampoings solides mais jusque-là, j’ai trouvé que seul il ne moussait pas assez. Je l’ai donc mélangé à part égale à du sodium coco sulfate qui est d’origine naturel et qui lui aussi est nettoyant, plus moussant. Parfait pour les shampoings solides, il est néanmoins moins doux que le SCI.

  Eau minérale

Evian : J’ai choisi une eau minérale pour le plus de « pureté » possible dans mes recettes (terme à prendre avec des pincettes, cela dépend de l’endroit où vous vivez et la qualité de l’eau). L’eau du robinet est aussi très bien et si vous avez un filtre c’est parfait.

Pour avoir la recette en détail de ce magnifique shampoing solide, c’est par-là (pour mesurer la quantité de chaque ingrédient, j’utilise une balance précise) :

1ère étape : Premièrement, au bain-marie, on mélange (petite cuillère fait l’affaire) les tensioactifs à l’eau. Il faut obtenir un résultat le plus homogène possible. On laisse les tensioactifs pendant au moins 15 minutes.

2ème étape : On ajoute l’huile végétale de brocoli et le beurre de karité (qu’on aura préalablement fait fondre – un petit pot sur un chauffage en hiver fonctionne bien-). On mélange jusqu’à obtenir un résultat qui nous paraît homogène

3ème étape : On incorpore ensuite la poudre de Bhringaraj et là encore on mélange le tout pour obtenir une pâte liée

4ème étape : Finalement, hors du bain-marie, on ajoute les protéines de soie et l’huile essentielle d’Ylang Ylang

5ème et dernière étape (yeah yeah): On remplit le moule et on tasse bien pour que le shampoing soit compact et ne s’effrite pas. Pour les petits pressés, on attend bien 24h avant utilisation, il faut que le shampoing soit bien sec. On peut le placer au réfrigérateur pendant quelques heures pour faciliter le durcissement

Cette recette de shampoing solide peut être simplifiée. Vous pouvez supprimer un des deux corps huileux (beurre et huile). Les protéines de soie sont optionnelles mais elles ont néanmoins des vertus intéressantes.

J’espère que vous serez fier(e)s de vos créations et que vous serez conquis(es) par ce format solide 100% fait main. Vous pouvez également retrouver ma recette du shampoing solide pour cheveux mixtes & cheveux colorés

Enfin, ici vous pourrez trouver tous les ingrédients utilisés :

Tensioactif SCI : Aroma-Zone, Ma Planète Beauté

Tensioactif Sodium de Coco Sulfate : Aroma-Zone, Ma Planète Beauté, My Cosmetik,

Poudre de Reetha : Aroma-Zone, Ma Planète Beauté, Mademoiselle-bio

Huile végétale de Brocoli : Aroma-ZoneMy Cosmetik, Beauté Bien-être

Beurre de Karité : Aroma-Zone, Waam, Beauté Bien-être

Protéines de Soie : Aroma-Zone, Slow Cosmétique

Huile essentielle d’Ylang-ylang : Aroma-Zone, My Cosmetik, La Compagnie des sens

Des Bisooouus et bonne Tambouille

shampoing solide mom