Publié par Laisser un commentaire

Shampoing solide cheveux gras

Shampoing solide cheveux gras bandeau

Je vous ai parlé à plusieurs reprises, de mes shampoings solides. La question que l’on me pose souvent lors de mes ateliers est : “un shampoing solide à quoi ça sert ?”

Tout aussi efficace qu’un shampoing liquide, le solide se différencie d’un point de vue écologique. En effet, la première différence se situe au niveau de la quantité d’eau utilisée. Le shampoing liquide en contient beaucoup plus que le solide (7 fois plus). Ensuite, il faut parler des contenants, qui sont souvent faits de plastique non recyclable pour les shampoings liquides. À l’inverse, les shampoings solides n’ont pas de contenant (si vous les réalisez vous-même), ou alors, ils sont conditionnés dans des contenants écologiques.

Le shampoing solide se frottent entre les mains mouillées, et s’applique sur cheveux mouillés. Vous pouvez également frotter les shampoings solides directement sur votre cuir chevelu.

Donc, voici les ingrédients que j’ai choisi pour cette nouvelle recette de shampoing solide pour cheveux gras.

Ingrédients

Tensioactifs :  ce sont des agents moussants, qui font partie de la famille des tensioactifs anioniques ; cela signifie qu’ils sont détergents, qui par définition nettoient, lavent. Sans tensioactif, votre shampoing ne durcira pas. Ils vous permettent également d’obtenir un mélange homogènes de matières premières qui ne sont pas miscibles, comme l’huile et certains actifs cosmétiques.

Eau : elle va permettre de faire fondre le tensioactif, et permettra l’obtention d’un mélange homogène de tous les ingrédients.

Argile Rhassoul/Ghassoul : argile minérale provenant du Maroc, elle nettoie les cuirs chevelus en douceur. Elle absorbe le sébum comme un buvard, qui s’évacue au rinçage. Elle est donc parfaite pour les cheveux gras.

Bicarbonate de soude : véritable purifiant pour les cheveux et le cuir chevelu, le bicarbonate de soude (à ne pas confondre avec les cristaux de soude) nettoie, élimine l’excès de sébum et les impuretés. C’est une matière première 100 % pure et biodégradable. Son utilisation régulière permet d’espacer les shampoings. Attention pour les cheveux secs et cuirs chevelus sensibles, il peut assécher.

Huile végétale de Brocoli : Effet gainant qui facilite le démêlage. Elle apporte douceur et brillance,  elle hydrate et nourrit également. L’huile végétale de brocoli est reconnue pour son effet lissant qui contrôle les frisotis.

Huile essentielle de Pamplemousse : elle fortifie les cheveux et lutte contre leur chute. Son action purifiante, assainit le cuir chevelu et est également antipelliculaire.

shampoing solide cheveux gras

La recette est assez simple, une fois que l’on a la technique et les astuces pour obtenir un shampoing solide qui ne s’effrite pas et ne ramollit pas. Vous avez pu le découvrir au fil de mes articles sur ce sujet, qu’il est possible de décliner les recettes de shampoings solides à l’infini.

Pour apprendre à réaliser vos propres shampoings solides selon vos problématiques capillaires, n’hésitez pas à participer à un de mes ateliers de formation.

Le prochain atelier aura lieu le jeudi 8 novembre 2018, à La Chouette Curieuse à Lyon. Vous pouvez dorénavant réserver votre place en vous inscrivant ici : https://yurplan.com/event/Shampoing-solide/31107

Publié par Laisser un commentaire

Spray cheveux: fortifiant & embellisseur

bandeau spray cheveux fortifiant & embellisseur

Une cinquième recette de la sage de Noël ! Aujourd’hui, j’ai nommé, le spray cheveux, fortifiant & embellisseur ! Woop woop ! Un soin tout en un, qui s’applique sur cheveux secs ou mouillés avant le brossage. Vaporisez vos longueurs le cuir chevelu également pour les cheveux secs), puis démêlez vos cheveux avec délicatesse (on ne s’arrache pas la tignasse hein).

Ce spray cheveux, fortifiant, est un concentré d’actifs, et d’ingrédients qui hydratent, fortifient, et apportent de la brillance à vos longueurs. Je l’ai réalisé pour une amie à moi qui a les cheveux blonds, et les longueurs à tendance sèche. Ce soin va permettre de maintenir l’hydratation dans votre fibre capillaire, et éviter qu’elle ne s’évapore, et que le cheveu ne se dessèche. Ce spray cheveux, n’alourdira pas votre chevelure, et ne laissera pas d’aspect gras sur vos longueurs.

Ingrédients

Hydrolat de Fleur d’Oranger : une eau florale au parfum doux, qui hydrate votre cheveu sec, et apporte de la brillance.

Infusion de fleurs de Camomille : reconnue, pour être l’allié des cheveux blonds, la camomille apportera de l’éclat à vos cheveux, et fera ressortir vos petites mèches blondes. J’ai réalisé une infusion assez concentrée, environ 5g de fleur de camomille pour 100 ml d’eau. Si vous êtes brune, vous pouvez remplacer cet ingrédient par l’hydrolat de Fleur d’Oranger.

Vinaigre blanc infusé aux agrumes : il resserre les écailles des cheveux, et apporte de la brillance. Les cheveux sont plus souples, e donc plus soyeux, avec l’utilisation du vinaigre blanc. Je le fais infuser dans un bocal, avec des peaux d’oranges et de mandarines depuis plusieurs semaines. Cela apporte une odeur fruitée, et apporte de la lumière aux cheveux clairs.

Glycérine végétale : c’est un agent hydratant, émollient (qui rend les cheveux doux), mais également humectant. C’est-à-dire qu’elle attire l’eau, et permet ainsi de maintenir la teneur en eau dans le cheveu. Attention à respecter la dose. Jamais plus de 10 % dans une recette, sinon, c’est l’effet inverse qui se produit.

Huile végétale de Pracaxi : excellent conditionneur capillaire, elle est très recommandée pour les cheveux secs et/ou bouclés. Elle discipline les frisottis, gaine, et assouplit les cheveux. C’est également un bon démêlant.

Protéines de soie : elles maintiennent l’hydratation des cheveux, les fortifient, les gainent et les lissent. Les cheveux sont plus doux et brillants.

Huile essentielle de Pamplemousse : elle fortifie les cheveux, et apporte un doux parfum fruité. Appliquée sur le cuir chevelu, elle lutte contre la cote des cheveux.

Cosgard : d’origine synthétique, il est autorisé par Ecocert pour la conception de cosmétiques bio. Il empêche le développement des bactéries et est antifongique. Grâce à lui, le produit final pourra se conserver 3 mois. Étant composé d’alcool benzylique, il peut être allergisant.

bandeau ingrédients spray cheveux

Formule pour un flacon de 150 ml – 150 g

  • Hydrolat de Fleur d’Oranger : 33,4 % – 50,1 g
  • Infusion de Camomille : 30 % – 45 g
  • Vinaigre blanc aux agrumes : 5 % – 7,5 g
  • Glycérine végétale : 10 % – 15 g
  • Huile végétale de Pracaxi : 9 % – 13,5 g
  • Protéines de soie : 1 % – 1,5 g
  • Huile essentielle de Pamplemousse : 1 % – 50 gouttes (pour 1ml = 30 gouttes)
  • Conservateur Cosgard : 0,6 % – 0,9 g / 28 gouttes (pour 1 ml = 33 gouttes)

Matériel utilisé

  • Balance de précision
  • 2 bols en inox de 100 et 300 ml
  • mini fouet
  • mini entonnoir
  • maryse en silicone (petit format)
  • Flacon vaporisateur de 200 ml

bandeau matériel spray cheveux

Recette

1 – Préparez votre infusion de fleurs de Camomille. Pour cela, prenez 5 g de fleurs, que vous ferez infuser dans 100 ml d’eau frémissante (pas bouillante). Puis, laissez refroidir.

2 – Pesez tous les ingrédients aqueux (hydrolat, vinaigre, glycérine, infusion de fleurs de Camomille). Une fois l’infusion refroidie, mélangez tous ses ingrédients ensemble. Ajoutez ensuite, les Protéines de soie, et l’Isocide.

3 – Dans un second bol, mélangez l’huile végétale de Pracaxi avec l’huile essentielle de Pamplemousse.

4 – Transvasez le contenu de vos deux bols, à l’aide d’un petit entonnoir, dans votre flacon vaporisateur, puis secouez pour que tous les ingrédients se mélangent.

Secouez votre flacon avant chaque utilisation, pour créer une émulsion. En effet, les ingrédients aqueux ne sont pas miscibles avec les ingrédients huileux. C’est pour cela que secouer le flacon avant chaque utilisation, permet de créer cette émulsion. Au repos, les deux phases se séparent à nouveau.

Ce spray cheveux, fortifiant et embellisseur se conserve 3 mois. Je vous conseille de le conserver au froid, car il contient de l’hydrolat, et de l’infusion.

spray cheveux embellisseur

Publié par Laisser un commentaire

Shampoing solide contre les pellicules grasses

bandeau shamp solide pellicules grasses

Depuis quelques mois, mon copain a des pellicules grasses. Elles ne sont pas toujours là, mais apparaissent par épisodes. À la différence des pellicules sèches (celles que l’on trouve habituellement sur nos vêtements), elles sont beaucoup plus grosses, et compactes.

Mais qu’est-ce qu’une pellicule ? Voici la définition trouvée sur les sites de la Compagnie des sens, et d’Aroma zone, qui me semble très claire : “Ce sont des cellules dermiques sur le cuir chevelu. Elles apparaissent à cause d’un processus dit de “desquamation” qui signifie un détachement de fines lamelles de peau excessif. Les symptômes sont de fortes démangeaisons et la multiplication de particules blanche à la surface du cuir chevelu. 
C’est l’activation anormale d’un champignon (mycose), au départ inactif, qui est à l’origine de ces pellicules. Normalement, le cuir chevelu, comme la peau, se renouvelle environ tous les 20 jours, quand le processus stoppe, il ne dure que 5  à 7 jours. Les cellules n’ont alors plus suffisamment de temps pour se détacher les unes des autres. Elles arrivent donc à la surface du cuir chevelu non plus de façon individualisée, mais par paquets. Les amas de cellules mortes deviennent visibles, ce sont les pellicules”.

Il existe ensuite deux types de pellicules, les sèches, et les grasses. Les sèches, apparaissent chez les personnes qui ont un cuir chevelu à tendance sèche. Elles sont très volatiles, et on les retrouve sur nos épaules.

À contrario, les pellicules grasses, elles, apparaissent sur les cuirs chevelus à tendance grasse. Elles sont plus grosses et collent aux cheveux. Elles peuvent étouffer le cuir chevelu de par leur taille, et par conséquent, le graisser encore plus.

Le processus de renouvellement cellulaire qui dure 20 jours habituellement, peut-être accéléré à cause de plusieurs choses. Le stress, les troubles du sommeil, ainsi que la consommation d’alcool et de tabac. Ce dérèglement du renouvellement des cellules du cuir chevelu peut aussi être dû à une inflammation. Cette inflammation résulte parfois de l’utilisation de certains cosmétiques trop irritant, du port du bonnet trop fréquent, ou de l’utilisation d’une brosse trop agressive.

L’inflammation peut entraîner le développement des levures/champignon appelé Malassezia furfur, qui est déjà naturellement présent sur notre cuir chevelu, mais habituellement inactif. L’inflammation va donc l’activer, et faire apparaître les symptômes comme les pellicules grasses.

Revenons à nos moutons, et parlons de la recette. Ce shampoing solide, s’adresse donc aux personnes qui ont des pellicules grasses, donc un cuir chevelu à tendance grasse. J’ai voulu utiliser les produits les plus doux, e moins irritants possibles. Il n’y aura donc pas de tensioactif SCS dans cette recette. Youhouu, c’est mon premier shampoing solide sans ce dernier.

Ingrédients :

  • Tensioactif SCI : c’est un agent moussant, qui fait partie de la famille des tensioactifs anioniques ; cela signifie que c’est un tensioactif détergent, qui par définition nettoie, et lave. Ce tensioactif très doux, permet la fabrication de shampoing solide. Sans tensioactif, votre shampoing ne durcira pas. Il donne un effet “doux” à votre chevelure.
  • Eau : elle va permettre de faire fondre le tensioactif, ce qui permettra l’obtention d’un mélange homogène de tous les ingrédients.
  • Huile végétale de Nigelle : anti-inflammatoire, elle sera d’une aide notoire pour combattre l’apparition des pellicules, et soulager le cuir chevelu. Antimycosique, elle lutte également contre les champignons, et leur prolifération, comme le Malassezia furfur dans notre cas. C’est une huile végétale purifiante.
  • Poudre de Nagarmotha : c’est LA poudre de plante ayurvédique qu’il vous faudra pour lutter contre les pellicules. Elle est assainissante, et régule la production de sébum. Elle lutte contre toutes les pellicules.
  • Poudre de Neem : détoxifiante pour le cuir chevelu, elle l’aide à se débarrasser des impuretés accumulées. Elle lutte contre les pellicules, est apaisant, et calme les démangeaisons que les inflammations du cuir cheveu peuvent provoquer.
  • Huile essentielle de Cèdre de l’Atlas : (Cedrus Atlantica) c’est une de huiles essentielles les plus efficaces pour lutter contre les pellicules grasses. En effet, de par sa composition riche en cétones sesquiterpéniques, elle va décomposer les corps gras. Elle est aussi anti-fongique, et va donc assainir le cuir chevelu.
  • Huile essentielle de Romarin à Verbénone : (Rosmarinus officinalis verboniferum) lipidique, elle convient aux peaux et aux cuirs chevelus gras. Également fongicide, elle lutte contre les champignons responsables des mycoses. Elle aide donc à atténuer l’apparition des pellicules.

Recette

1re étape : au bain-marie, on mélange le SCI avec l’eau. Il faut que le tensioactif « fonde » pour former une pâte avec l’eau. Environ une vingtaine de minutes. À savoir que le tensioactif ne fondra jamais totalement, il restera donc des “grumeaux”.

2e étape : ensuite, on ajoute la poudre de Nagarmotha, la poudre de Neem, et l’huile de Nigelle. On mélange jusqu’à l’obtention d’un résultat qui nous paraît homogène. Laissez au bain-marie pour faire infuser les poudres de plantes, l’huile, etc. pendant dix minutes à feu doux. N’oubliez pas de mélanger.

3e étape : enfin, hors du bain-marie, on ajoute l’huile essentielle de Romarin à Verbénone, puis l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas..

4e et dernière étape : on remplit le moule petit à petit, avec la pâte obtenue. Il faut bien tasser entre chaque ajout, pour que le shampoing soit bien compact. On attend 24h avant utilisation, car il faut que le shampoing soit bien sec. On peut également le placer au réfrigérateur pendant quelques heures pour faciliter le durcissement.

Les shampoings solides sont 100 % personnalisables, vous trouverez des recettes pour chaque type de cheveux sur le blog. Par exemple pour les cheveux colorés, les cheveux secs, ou gras.

shampoing solide lutte pellicules

Publié par Laisser un commentaire

Shampoing no poo aux poudres ayurvédiques

No poo poudres ayurvédiques

Nous avions déjà parler du shampoing no poo, dans le dossier sur la réduction des déchets cosmétiques. Aujourd’hui je vous propose une recette complète, avec tout ce qu’il y a à savoir sur les poudres ayurvédiques.

Le shampoing no poo :

Par définition, le terme shampoing no poo vient de la contraction de « no-shampoo ». C’est-à-dire pas de shampoing. Un shampoing au sens traditionnel, comme on peut le trouver en grande surface, se compose entre autres d’agents décapants, nettoyants et moussants que l’on nomme tensioactifs. Il existe plusieurs catégories de tensioactifs, dont ces fameux agents nettoyants, auxquels nous nous intéressons.

Le concept du no-poo consiste à espacer les shampoings, jusqu’à ne plus les laver au sens traditionnel. Nous pouvons espacer nos shampoings en utilisant des « shampoings secs ». En terme de shampoing sec doux pour le cuir chevelu, et la nature, il existe de nombreuses solutions. Pour ma part, j’utilise de la Maïzena. Pour les brunes, vous pouvez ajouter du cacao (sans sucre), ou du brou de noix, pour donner une teinte marron au shampoing sec. Appliquée aux racines (en évitant le crâne), en petite quantité grâce à une salière ou d’un gros pinceau, elle absorbe le surplus de sébum. N’oubliez pas, après l’application, de bien brosser vos cheveux pour répartir la poudre et enlever le surplus.

No poo, et environnement

Le no-poo consiste également à utiliser des produits doux, respectueux de l’environnement, et de notre santé. Les soins no-poo se font donc avec des poudres de plantes, dont les poudres ayurvédiques, dont nous parlerons ici. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, ce n’est pas « sale » de se laver les cheveux avec de la « terre ». En effet, beaucoup de poudre de plantes et d’argiles ont des vertus purifiantes, et se composent de saponines, qui elles, nettoient. Sous forme de pâte en les mélangeant avec de l’eau, ces poudres sont faciles d’application.

Pour les soins no poo, le brossage est également très important. Privilégiez une brosse en bois, sans picot au bout, pour éviter que les noeuds ne se coincent. Ces brosses-là démêlent en douceur, et offre un massage crânien en même temps. Sa composition en bois est respectueuse de l’environnement.

no poo + brosse

Les poudres ayurvédiques :

Ce sont des plantes, des épices, des racines, des argiles réduites en poudre, avec des vertus visant à rééquilibrer les doshas (voir l’article sur l’Ayurveda en cosmétique). Il en existent plusieurs centaines. Dans la philosophie ayurvédique, les plantes sont l’âme de la Terre. Nous sommes constitués des mêmes éléments que notre environnement, et notre organisme fonctionne selon les mêmes principes que le reste de l’univers. Ces poudres de plantes, et épices sont donc les remèdes utilisés en Ayurveda.

Mon masque aux poudres ayurvédiques :

Poudre de Neem ou poudre de Margousier :

L’arbre Neem, venant d’Inde, possède de grandes vertus. En cosmétique, la poudre de Neem nettoie le cuir chevelu. Elle le débarrasse de toutes les toxines accumulées au fil des jours. Elle est apaisante, soulage les démangeaisons, et lutte contre les pellicules.

Poudre d’Orange :

Selon les principes de l’Ayurvéda, l’Orange amère est connue pour apaiser Vâta et Kapha, et augmenter Pitta. L’Oranger amer appartient à la famille des Rutacées. La poudre d’Orange est obtenue à partir de l’écorce d’orange amère, séchée à l’air libre, puis réduite en poudre. Cette poudre ayurvédique est reconnue pour ses vertus cosmétiques tant sur la peau que sur les cheveux.

Utilisée en shampoing no poo, elle nettoie le cuir chevelu. Elle donne de la brillance aux cheveux, de la douceur, facilite le démêlage, et renforce la fibre capillaire. C’est également un stimulant pour le cuir chevelu, et son odeur fraîche parfumera votre chevelure.

Poudre de Reetha, Ritha, ou Aritha:

Elle est issue des noix du Sapindus Mukorossi. En Inde, le Reetha est surtout incontournable pour nettoyer, et prendre soin de la chevelure, car riche en saponines. La poudre de Reetha nettoie le cuir chevelu, et le débarasse de toutes les impuretés accumulées. C’est une des poudres ayurvédiques qui mousse. C’est un ingrédient de choix dans les soins qui luttent contre les pellicules. La poudre de Reetha laisse les cheveux propres et soyeux, et s’utilise en mélange avec d’autres poudres naturelles sous forme de pâte, ou poudre nettoyante. Elle s’utilise également, en décoction pour réaliser des lotions nettoyantes pour peaux, et cheveux. Elle laisse les cheveux brillants, et doux.

poudres ayurvédiques no poo

Recette :

  • 1 cuillère à soupe de poudre de Neem
  • 2 cuillères à soupe de poudre d’Orange
  • 2 cuillères à soupe de poudre de Reetha
  • Eau frémissante

Dans un bol, mettez les poudres de plante, puis ajoutez l’eau frémissante, pour former une pâte homogène. Je vous conseille d’ajouter l’eau cuillère par cuillère. Utilisez une cuillère à soupe. Il faut obtenir une pâte ni trop liquide, ni trop épaisse, pour une application aux racines. Laissez infuser pendant 10 minutes,et que l’eau refroidisse.

Mouillez vos cheveux, et essorez-les avec une serviette. Appliquez le no poo aux racines, grâce à un pinceau de coloration, ou vos doigts. Enroulez vos cheveux d’un foulard assez épais pour garder la chaleur. Laissez poser le no poo au moins 20 minutes. Enlevez votre foulard, humidifiez les racines, et malaxez votre crâne. Rincez abondamment.

Si vos cheveux vous paraissent asséchez vous pouvez ajouter de l’huile végétale. Pour les cheveux gras, je vous conseille d’en ajouter en très petite quantité, ou alors de ne l’appliquer que sur les longueurs, et les pointes. Si vous souhaitez en ajouter au no poo, privilégiez l’huile végétale de jojoba qui est sébo-régulatrice. Pour les longueurs et racines, vous pouvez utiliser de l’huile de coco, qui est très nourrissante (en petite quantité). Lors du rinçage, malaxez vos longueurs et pointes avec le no poo, pour retirer l’excédent d’huile.

no poo en pâte

 

Publié par Laisser un commentaire

L’Ayurveda, et les poudres ayurvédiques en cosmétique

bandeau ayurveda

Après plusieurs articles parlant des poudres ayurvédiques, et de leurs vertus, je vais essayer ici, de vous expliquer (sans prétention aucune), ce qu’est l’Ayurveda, et le rôle des poudres ayurvédiques en cosmétique.

L’Ayurveda :

En sanskrit, ” Ayur ” signifie la vie, et ” Veda ” la science ou la connaissance. Créée par les Rishis, les Sages de l’Inde classique, l’Ayurveda “peut donc se traduire littéralement par ” Connaissance de la vie, ou de la longévité “. Cette science existe depuis plus de 5000 ans en Inde. C’est également une philosophie, et un art de vivre.

L’Ayurveda repose sur l’équilibre de trois énergies fondamentales, ou doshas, propres à chacun. En identifiant clairement la composition de sa nature profonde, on peut évaluer ses besoins pour rééquilibrer sa santé, son humeur, jusqu’à son alimentation… L’Ayurvéda repose sur un bilan de ses propres énergies : s’écouter et, se connaître. L’objectif de l’Ayurvéda est de vivre en harmonie avec notre constitution de base, connaître ce qui nous aide à rester en bonne santé, être heureux, et avoir une belle peau, mais également apprendre à repérer tout ce qui nous rend malade ou malheureux.
Selon l’Ayurveda, toute chose / individu, est composée de 5 Grands Éléments : l’Ether (ou espace), l’Air, le Feu, l’Eau et la Terre. Chacun de ces 5 éléments est présent dans des proportions plus ou moins importantes et comprend un éventail de qualités qui se manifestent d’une manière plus ou moins évidente chez chaque individu, et selon les situations.
  • L’élément AIR est gazeux et a des qualités impalpables. Il est léger, clair, sec et se disperse.
  • Le FEU est le pouvoir du changement et de la transformation. Il a des qualités de chaleur, de sécheresse et présente un mouvement ascendant.
  • La TERRE est solide, avec les qualités de lourdeur, de dureté et n’indiquant qu’un léger mouvement vers le bas.
  • L’ETHER est si subtil qu’il est souvent oublié. Il est assimilé à l’étendue ou l’espace.
  • L’EAU est liquide, froide, sans forme spécifique et coule vers le bas.

Les 3 Doshas

L’ayurveda repose sur le concept des 3 doshas (Vâta, Pitta et Kapha) qui sont chacun formé de 2 éléments. Chaque individu naît avec une proportion propre, de chaque dosha, souvent un ou deux doshas sont prédominants.

Pour veiller à l’équilibre de votre constitution, il est nécessaire de choisir des activités, des aliments ou des plantes, etc., qui sont à l’opposé des caractéristiques de votre, ou vos doshas prédominants et donc qui apaisent ce ou ces doshas qui prédominent.les 3 doshas; nopoo poudres ayurvéd

En cosmétique, on utilise également les 3 doshas, pour définir la constitution de base de la peau :

  • Vata: c’est la peau fine, sèche, qui peut être sensible au froid. Ce type de peau sera plus susceptible par rapport à l’apparition des rides, et au vieillissement précoce, à la déshydratation, ou encore à l’eczéma.
  • Pitta: c’est la peau plutôt douce, et sensible. Elle est en général sujette à des rougeurs, et réagit facilement à la chaleur. Elle peut être également un terrain favorable à l’apparition de l’acné, l’herpès, et aux taches de rousseur.
  • Kapha: enfin, il y a cette peau qui est assez épaisse, froide, mais en même temps douce. Elle est surtout très sensible au froid, à l’humidité. Cette peau aura tendance à être grasse en ayant un grand taux de sécrétion sébacée. Cet état de fait en plus des pores dilatés, rend l’épiderme plus à même de voir apparaître l’ennemi n°1, à savoir les « points noirs » !
Les poudres ayurvédiques :

Ce sont des plantes, des épices, des argiles réduites en poudre, avec des vertus visant à rééquilibrer les doshas, qui sont réduites en poudre, après séchage à l’air libre. Il en existe plusieurs centaines. Dans la philosophie ayurvédique, les plantes sont l’âme de la Terre. Nous sommes constitués des mêmes éléments que notre environnement, et notre organisme fonctionne selon les mêmes principes que le reste de l’univers. Ces poudres de plantes, et épices, etc., sont donc les remèdes utilisés en ayurveda.

En cosmétique, les poudres ayurvédiques peuvent s’utiliser de différentes façons. Mélangées avec de l’eau, ou de l’huile végétale pour former une pâte. Ces pâtes sont généralement utilisées en masque. Il faudra utiliser de l’eau frémissante pour permettre aux vertus du végétal de se diffuser. Ne laissez jamais un masque sécher sur votre peau, mais rincez-le lorsqu’il est encore humide. Cela évite de dessécher la peau. Quand il commence à tirailler la peau du visage, il faut passer au rinçage.

Vous pouvez également réaliser des infusions (à filtrer) à boire, ou qui feront partie de vos ingrédients aqueux d’une recette. Elles peuvent être aussi utilisées pour réaliser des macérâts huileux, à filtrer également. Dans ces cas-là, le macérât fera partie de la phase huileuse de vos recettes. À savoir que les poudres ayurvédiques ne sont ni miscibles avec l’eau, ni avec l’huile.

Quelques exemples de poudres ayurvédiques en cosmétique:

Poudre de Neem ou poudre de Margousier :

L’arbre Neem, venant d’Inde, possède de grandes vertus. En effet, ses fruits, ses feuilles et son bois, produisent des substances biopesticides (dont l’azadirachtine), et anti-fongiques. Il se protège donc contre les attaques des insectes, champignons, ravageurs, etc. Il protège aussi les cultures qui sont aux alentours. Plus de 140 composés ont été trouvés dans la composition de l’arbre, ce qui lui donne des vertus pour combattre bien des maux. Le Neem, est connu pour agir efficacement sur les articulations, la digestion, les systèmes nerveux, etc. Grâce à son action anti-bactérienne, la poudre de Neem, est un ingrédient dans les dentifrices maison.

En cosmétique, c’est un allié de taille pour les peaux grasses, et celles à imperfections. La poudre de Neem élimine les toxines qui s’accumulent sur les peaux à problèmes. Elle est également assainissante, et régule l’excès de sébum. Le Neem lutte aussi contre les maladies de peau, telles que le psoriasis, l’eczéma, la gale, ou les mycoses.

Elle détoxifie le cuir chevelu, en le débarrassant de toutes les toxines accumulées au cours des jours. Elle est apaisante, et soulage les démangeaisons, et lutte contre les pellicules.

Poudre d’Orange :

Selon les principes de l’Ayurveda, l’Orange amère est connue pour apaiser Vâta et Kapha, et augmenter Pitta. L’Oranger amer appartient à la famille des Rutacées. La poudre obtenue à partir de l’écorce d’orange amère est séchée à l’air libre, puis réduite en poudre. Cette poudre ayurvédique est reconnue pour ses vertus cosmétiques tant sur la peau, que sur les cheveux.

En Ayurveda, son écorce possède des propriétés stimulantes. Cette poudre d’écorce d’orange est également réputée pour ses propriétés astringentes et tonifiantes. Elle donne un teint frais et lumineux, lorsqu’elle est utilisée en soin du visage. C’est un allié exceptionnel pour les peaux grasses, et à imperfections, car elle va les nettoyer en profondeur. Elle désincruste les pores, affine le grain de peau, et apporte de la vitalité à la peau.

Utilisée en shampoing no poo, la poudre d’orange nettoie le cuir chevelu. Elle donne de la brillance aux cheveux, de la douceur, facilite le démêlage, et renforce la fibre capillaire. C’est également un stimulant pour le cuir chevelu, et son odeur fraîche parfumera votre chevelure.

Poudre de Reetha, Ritha, ou Aritha :

Elle est issue des noix du Sapindus Mukorossi. En Ayurveda, le Reetha est utilisé en applications locales pour apaiser les inflammations, mais également pour purger l’organisme des excès de Kapha, ou de Pitta.

En Inde, le Reetha est surtout incontournable pour nettoyer et prendre soin de la chevelure, car riche en saponines. La poudre de Reetha nettoie le cuir chevelu, et le débarrasse de toutes les impuretés accumulées. C’est une des rares poudres ayurvédiques qui mousse. C’est un ingrédient de choix dans les soins contre les pellicules. La poudre de Reetha laisse les cheveux propres, soyeux, et s’utilise en mélange avec d’autres poudres naturelles sous forme de pâte, ou poudre nettoyante. Elle s’utilise également, en décoction pour réaliser des lotions nettoyantes pour peaux et cheveux. Elle laisse les cheveux brillants, et doux.

Ses effets purifiants sont intéressants pour assainir la peau, et lutter contre l’acné. Le Reetha en poudre assainit la peau, et est également apaisant. Les peaux grasses, comme les peaux sensibles, pourront donc l’utiliser.
Le Reetha est également connu sous forme de “noix de lavagepour la lessive.

Poudre de Bhringaraj / Bhringraj / Maka :

Le Bhringaraj est tiré d’une plante nommée Eclipta alba qui est séchée puis réduite en poudre. Le nom Sanskrit de cette plante signifie “maître des cheveux”, car elle est connue comme l’une des meilleures plantes pour favoriser la croissance des cheveux. Elle est fortifiante, lutte contre l’apparition des cheveux blancs, et est colorante, en fonçant les cheveux. Le Bhringaraj tonifie, et épaissit la chevelure. Elle lutte également contre la calvitie.

Pour les soins du visage, la poudre de Bhringaraj, est très appréciée des peaux matures, et sensibles. Elle est apaisante, et calme les irritations cutanées. Elle illumine le teint, et lui donne de l’éclat. Utilisée en soin anti-âge, elle retarde l’apparition des signes de l’âge, en régénérant les tissus.

Le Bhringaraj est également connu pour son pouvoir détoxifiant de l’organisme et son action calmante sur l’esprit. En cas de baisse de forme, de fatigue, et les troubles du sommeil elle peut être bénéfique. Elle peut être utilisée en infusion.

poudres ayurvédiques, ayurveda

Poudre de Multani Mitti / terre de Foulon:

Le Multani mitti est une argile d’origine indienne, traditionnellement utilisée pour nettoyer et purifier la peau, et les cheveux. Elle s’utilise seule avec de l’eau, ou mélangée avec d’autres poudres ayurvédiques.
Appréciée par les cuirs chevelus gras, elle absorbe l’excès de sébum, et les impuretés. On l’utilise avant un henné, ou une coloration, pour préparer le cheveu. Cette argile est également appréciée par les cuirs chevelus sensibles, notamment en cas d’intolérance aux tensioactifs. On peut l’utiliser en shampoing sec, à saupoudrer directement sur le cuir chevelu.

Elle est traditionnellement utilisée par les Indiennes pour lutter contre les imperfections, favoriser la régénération de la peau, et prévenir les taches pigmentaires. La poudre de Multani mitti resserre les pores de la peau, et la purifie. Elle porte un teint lumineux, et active la circulation sanguine. Les peaux grasses, et ternes trouveront leur bonheur avec cette argile. 

Aussi connue sous le nom de terre de Foulon, elle s’utilise également comme produit ménager écologique, de la même façon que la terre de Sommières. Elle absorbe les tâches de gras et permet de confectionner des nettoyants multi-usages de type “pierre d’argile“.

Manjishta ou Garance indienne :

La poudre de Majishta est faite à partir des racines de Rubia Cordifolia que l’on va sécher, et broyer. En Ayurveda, ses racines sont utilisées pour ses vertus dépuratives, et pour purifier le sang. Elle est aussi connue pour soulager les troubles digestifs, urinaires, et féminins. Utile en cas d’infections, mais aussi, pour favoriser la guérison des tissus endommagés, lors de blessures.

La poudre de Manjishta s’utilise également en cataplasme pour réduire les inflammations cutanées, et est efficace en cas de dépigmentation. Pour soulager une brûlure ou une morsure de serpent. Elle aide à apaiser particulièrement les personnes de constitution Pitta, et Kapha.

En cosmétique, on l’utilise uniquement sur la peau. Elle des vertus anti-âge, en réduisant les rides, et astringentes (qui resserre les pores). La poudre de Manjishta unifie le teint, et lui donne de l’éclat. Ses vertus purifiantes, nettoient les pores de peau, et éliminent les impuretés. Elle convient aux peaux à imperfections, sensibles, matures, et celles avec des tâches.

Ayurveda; poudres ayurvédiques bis

Publié par Laisser un commentaire

Crème pour le corps au Monoï de Tahiti

bandeau crème pour le corps monoï

Le monoï, j’en suis tombée amoureuse depuis mon voyage en Polynésie française. Tout particulièrement le monoï à l’Ylang-ylang. Le véritable monoï, est fait avec l’infusion de la fleur de Tiare dans de l’huile de coco. D’autres ingrédients plus ou moins secrets font partie de la recette. Pour ma crème pour le corps, j’ai utilisé le monoï à la fleur de Tiare (dit Tiare).

Tiare signifie fleur en tahitien, et c’est la fleur emblématique de l’île de Tahiti. On offre un collier de fleurs aux arrivants, pour leur souhaiter la bienvenue. On les porte en couronne, ou derrière l’oreille pour les femmes. Selon l’oreille derrière laquelle la fleur est posée, il y a une signification. L’oreille droite, la personne est célibataire, et derrière l’oreille gauche (le côté du cœur), la personne est en couple.

La fleur de Tiare, est également utilisée pour ses vertus médicinales, et cosmétiques. Notamment efficace en macération pour apaiser les migraines et les piqûres d’insecte. Riche en huile essentielle, elle a des vertus antiseptiques, qui pourront être utiles pour soigner les petites plaies. En cosmétique, l’association de l’huile de coco avec la fleur de Tiare, permet d’obtenir une huile très nourrissante, le monoï. Ce monoï adoucit et protège également la peau, et lui redonne de l’élasticité. C’est en cela, que l’on peut dire que le monoï protège contre le vieillissement de la peau.

tiaré pour monoï de tahiti

La crème pour le corps :

Ayant la peau des jambes qui a tendance à être sèches (effet peau de crocodile), et lourdes, j’avais besoin d’ingrédients qui capte l’eau et la retienne, nourrisse ma peau, mais également avec des vertus tonifiantes.

Voici ceux que j’ai sélectionnés pour cette recette :

PHASE 1 : phase aqueuse

Hydrolat de Menthe poivrée : effet fraîcheur assuré, l’hydrolat de menthe poivrée est également tonifiante. Idéal pour retrouver un peu de légèreté dans mes jambes.

Glycérine végétale : c’est un agent hydratant qui capte l’eau et permet à la peau de garder sa teneur en eau. C’est donc également un agent humectant.

Gel d’Aloe vera : j’ai utilisé une palme de mon propre Aloe vera que j’ai coupé. Apaisant et réparateur, c’est un allié de taille pour la peau.

PHASE 2 : phase huileuse

Monoï de Tahiti : il aide à maintenir l’hydratation de la peau, et maintien son élasticité. C’est également un excellent agent nourrissant, qui protège la peau des agressions extérieures du quotidien. Sa délicieuse odeur de paradis est un bonus.

Émulsifiant Olivem 1000 : un émulsifiant, qui permet la création d’une crème, c’est-à-dire le mélange de substances non-miscibles sans son aide. En l’occurrence la phase aqueuse, avec la phase huileuse. Fabriqué à partir d’huile d’olive, il favorise la bonne dispersion de tous les ingrédients, et des actifs cosmétiques. Il permet la création de plusieurs textures de crème, selon la quantité.

PHASE 3 : actifs cosmétiques

Conservateur Cosgard : d’origine synthétique, il est autorisé par Ecocert pour la conception de cosmétiques bio. Il empêche le développement des bactéries et est antifongique. Grâce à lui le produit final pourra se conserver minimum 3 mois. Si vous souhaitez utiliser d’autres alternatives pour un conservateur naturel, je vous invite à vous renseigner sur le Naticide, l’Extrait de pépins de pamplemousse ou le Leucidal. Attention l’extrait de pépin de pamplemousse n’est pas compatible avec le gel d’Aloe vera.ingrédients crème au monoï de Tahiti

Voici la recette pour la crème corps au monoï de Tahiti, pour un pot de 200 ml soit 190 g :

  • Hydrolat de menthe poivrée : 39,4 % / 74,84 g
  • Glycérine végétale : 10 % / 19 g
  • Gel d’Aloe vera : 20 % / 38 g
  • Monoï de Tahiti : 24% / 45,6 g
  • Olivem 1000 : 6 % / 11,4 g
  • Cosgard : 0,6 % / 40 gouttes

Avant de commencer, assurez-vous que votre plan de travail a été nettoyé et désinfecté. Vos ustensiles doivent être stérilisés et/ou désinfectés avant de débuter.

Pour celles qui utilisent leur propre palme d’Aloe vera, voici comment procéder : coupez une palme au plus prêt de la racine de l’Aloe vera. Placez-la dans un bol ou une assiette phase coupée vers le bas, pour que le jus jaunâtre s’écoule. Ensuite, ouvrez la palme dans sa longueur, et racler le gel translucide avec une petite cuillère, ou un couteau, puis réservez.

1 – Dans un bol en inox (ou un bol qui supportera le bain-marie), mélangez les 75,84 g d’hydrolat de Menthe poivrée, avec les 38 g d’Aloe Vera. Ceci est la phase aqueuse, sans la glycérine végétale, qui elle, s’ajoutera hors du feu juste avant l’émulsion. Dans un second bol, mélangez les 45,6 g de Monoï, avec les 11,4 g d’émulsifiant Olivem 1000. Ceci est la phase huileuse.

2 – Mettez ces deux bols au bain-marie à feu moyen. Il faut que l’Olive 1000/l’émulsifiant fonde, et forme un mélange homogène avec les huiles végétales. Il en est de même avec le gel d’Aloe Vera et l’hydrolat. Si vous avez un thermomètre digital, attendez que les deux bols aient atteint la température de 65°- 70°C.

3 – Une fois la température atteinte, sortez les deux bols du bain-marie. Hors du feu, ajoutez la glycérine végétale à la phase aqueuse (hydrolat + gel d’Aloe vera) , puis, mélangez. Transférez la phase aqueuse dans la phase huileuse tout en remuant. Agitez énergiquement avec un fouet manuel ou électrique jusqu’à l’obtention d’une émulsion homogène. Minimum 3 minutes, mais ne vous inquiétez pas si l’émulsion prend après 3 minutes, cela m’arrive également. Pour accélérer la prise de l’émulsion, vous pouvez aussi placer votre mélange dans un bol avec de l’eau et des glaçons (photo ci-dessous).processus stérilisation, bain-marie et émulsion

4 – Ajoutez ensuite, les 40 gouttes de conservateur cosgard ou celui de votre choix. Mélangez bien entre chaque ajout. Le conservateur Cosgard permettra la conservation de votre crème, pendant 3 mois minimum.

5 – Transférez le produit final dans votre récipient préalablement désinfecté.

Merci pour la lecture, à très vite pour un nouvel article DIY green.

 

Publié par Laisser un commentaire

Shampoing solide fortifiant – cheveux secs & cassants

shampoing solide fortifiant, cheveux secs

Bonjour à tous. Aujourd’hui, on se concentre sur les cheveux secs, cassants, et fourchus. Toujours à la recherche de nouvelles formules pour mes recettes, je vous propose aujourd’hui un nouveau shampoing solide fortifiant. Une formulation retravaillée avec un nouvel ingrédient, que je n’avais jamais utilisé dans un shampoing jusqu’ici … Tout d’abord, nous allons revenir sur les caractéristiques des cheveux secs et cassants. Cette recette a été faite pour des cheveux de type ondulé.

Vos cheveux sont secs pour différentes raisons. Premièrement, les causes peuvent être physiologiques. En effet, pour certains, la quantité de sébum produite est trop faible pour gainer tout le cheveu, et lui apporter brillance, douceur et protection. Avoir une nature de cheveux ondulés, frisé ou crépus, rend la diffusion du sébum plus compliquée.

Certaines causes météorologiques rendent aussi les cheveux secs, cassants et fourchus. On dit très souvent que les vacances d’été peuvent être fatales pour vos cheveux. Il y a une raison à cela. Effectivement, le soleil, le sel et le vent sont responsables de la dégradation de l’état de nos cheveux. À cause d’eux, les écailles du cuticule du cheveu se soulèvent et se cassent. Ainsi, le sébum ne peut plus circuler correctement jusqu’aux pointes. Ces cuticules abîmées rendent les cheveux poreux. Ils absorbent facilement l’eau, mais la perdent tout aussi facilement. Les cheveux sont donc déshydratés et deviennent secs, rêches. Les colorations chimiques, et les permanentes sont aussi des causes de dégradation des cheveux.

shampoing fortifiant : causes cheveux secs cassants

Ce shampoing solide fortifiant réuni huile végétale et actifs cosmétiques, qui vont aider le cheveu à se renforcer. Ainsi, le sébum créé naturellement pourra circuler plus facilement de la racine jusqu’aux pointes. C’est un shampoing solide fortifiant doux et nutritif. Voici les ingrédients que j’ai sélectionnés :

Tensioactifs Sodium cocoyl isethionate (SCI) & Sodium Coco Sulfate (SCS) : effet moussant, nettoyant, démêlant. Le SCI est le plus doux que j’ai trouvé pour la fabrication des shampoings solides. Il s’utilise généralement en co-émulsifiant, mais j’ai pu trouver plusieurs recettes où il est utilisé seul. C’est un dérivé de l’huile de coco. Je l’ai donc mélangé à du sodium coco sulfate qui est d’origine naturelle et qui lui aussi est nettoyant, plus moussant. Également dérivé de l’huile de coco, il est parfait pour les shampoings solides. Il est néanmoins moins doux que le SCI.

Eau purifiée : eau que je fais bouillir pendant 15 minutes, pour qu’elle soit le plus “pur” possible. Tous les micro-organismes seront tués lors de l’ébullition.

Poudre d’Orange : elle tonifie le cuir chevelu en favorisant la circulation sanguine, et donc la circulation du sébum dans le cheveu. Elle apporte également brillance, souplesse et facilite le démêlage.

Huile végétale de Pracaxi : excellent conditionneur capillaire, elle est très recommandée pour les cheveux secs et bouclés. Elle discipline les frisottis, gaine, et assouplit les cheveux. C’est une alternative naturelle au conditionneur BTMS. C’est donc un bon démêlant.

Émulsifiant BTMS : de la famille des émulsifiants, c’est un conditionneur capillaire. Cela veut dire qu’il facilite le démêlage. C’est le nouvel ingrédient de ce shampoing fortifiant solide. C’est la première fois que je l’utilise dans un shampoing. Il réduit l’électricité statique au moment du brossage et laisse les cheveux doux et soyeux. Il a le même rôle que l’huile végétale de Pracaxi, mais comme je l’explique dans mon précédent article, il est fait à base d’huile de colza et de palme. Je n’avais pas fait attention qu’il contenait de l’huile de palme en l’achetant l’année dernière. Je vais donc finir mon pot et ne plus en racheter. À la place j’utiliserai uniquement l’huile végétale de Pracaxi.

Protéines de soie : elles maintiennent l’hydratation des cheveux, les fortifient, les gainent et les lissent. Les cheveux sont plus doux et brillants.

ingrédients shampoing solide fortifiant

 

Ustensiles

Pour réaliser cette recette de shampoing solide fortifiant, voici le matériel que j’ai utilisé :

  • 2 bols en inox
  • Casserole pour le bain-marie
  • Balance précise
  • Cuillères pour peser les tensioactifs et poudre d’orange
  • Mini fouet pour mélanger l’huile végétale et le BTMS
  • Mini spatule pour mélanger le tout
  • Moule en silicone

Ce shampoing solide fortifiant pourra être utilisé pour 70 à 80 lavages. N’oubliez pas d’effectuer un bain d’huile avant shampoing, ou un masque après shampoing. Lorsque l’on a les cheveux secs, c’est une étape quasiment obligatoire, pour nourrir la fibre capillaire en profondeur. Cela viendra compléter l’action de notre shampoing solide fortifiant. L’utilisation d’un shampoing solide vous permet également de réduire vos déchets cosmétiques, et donc de contribuer au bien-être de la planète.

Très bonne journée à tous,

 

Publié par Laisser un commentaire

Après-shampoing nourrissant et réparateur

bandeau après-shampoing réparateur cheveux

Cela faisait longtemps que je n’utilisais plus d’après-shampoing. Ma routine capillaire se composait uniquement de poudres de plantes et d’huiles végétales. Faute de temps, je ne me faisais pas assez souvent de bains d’huile. Donc à force de me faire du henné pour colorer mes cheveux, des shampoings no poo aux plantes, le vent, la piscine, etc, tout cela a rendu mes pointes très sèches. Pour gagner du temps, j’ai ressorti mes ingrédients du placard, et je me suis concoctée une recette super efficace, à utiliser sous la douche, après le lavage des cheveux.

Une recette qui conviendra à tous les cheveux, du moment que vous avez les pointes sèches, rêches, ou abîmées. Cet après-shampoing convient également aux personnes qui ont un type de cheveux secs, cela va les nourrir et les hydrater en profondeur. Attention, cependant, je ne le précise pas à chaque fois, mais ce produit contient de l’huile essentielle, il ne convient donc pas aux femmes enceintes, allaitant, et aux enfants de moins de 7 ans. Je vous donnerai une recette alternative sans huile essentielle, plus bas.

Ingrédients

  • Eau stérilisée : à faire bouillir pour la stériliser, elle joue un rôle de solvant dans l’émulsion.
  • Glycérine végétale : c’est un agent hydratant, émollient (qui rend les cheveux doux), mais également humectant. C’est-à-dire qu’elle attire l’eau, et permet ainsi de maintenir la teneur en eau dans le cheveu. Attention à respecter la dose. Jamais plus de 10 % dans une recette, sinon, c’est l’effet inverse qui se produit.
  • Huile végétale de Coco : (vierge et bio, première pression à froid), c’est une huile végétale nourrissante et sculptant le cheveu. Elle lisse la fibre capillaire. Avec une utilisation régulière, les cheveux sont plus vigoureux et brillants.
  • Émulsifiant BTMS : c’est émulsifiant est un conditionneur capillaire. Cela veut dire qu’il s’applique après un shampoing pour faciliter le démêlage. Il réduit l’électricité statique au moment du brossage et laisse les cheveux doux et soyeux. Ce produit est à base d’huile de colza et de palme. Pour ma part, je n’ai pas fait attention à l’huile de palme en l’achetant l’année dernière. Je vais donc finir mon bocal et essayer de voir par quoi je peux le remplacer.

A REMPLACER PAR DE L’HUILE VEGETALE DE PRACAXI + EMULSIFIANT CUTINA ou OLIVEM 1000

  • Huile essentielle d’Ylang-ylang III : elle favorise la brillance des cheveux. Pour moi, l’association des odeurs Coco + Ylang ylang est la meilleure.
  • Protéines de soie : c’est également un conditionneur qui gaine et lisse les cheveux. Elle les rend doux et soyeux. Elle participe aussi au maintien de l’hydratation des cheveux.

REMPLACABLES PAR DES PROTEINES DE RIZ

  • Conservateur Cosgard : comme dans toute préparation avec une phase aqueuse, il faut un conservateur. Le cosgard évite le développement de bactéries, levures, moisissures, etc. dans nos cosmétiques.

bandeau ingrédients après-shampoing nourrissant réparateur

Recette

Voici la recette pour 280 grammes ou 300 ml d’après-shampoing, qui se conserve environ 3 mois. Avec la formule en %, vous pourrez facilement recalculer selon la quantité de votre contenant. Utilisez votre dernier pot d’après-shampoing pour votre recette. Comme ça, pas de déchet et + de recyclage. Pensez bien à le nettoyer et le désinfecter avant d’y verser votre nouveau produit

  • Eau (phase aqueuse) : 155,12 g – 55,4 %
  • Glycérine végétale (phase aqueuse) : 28 g – 10 %
  • Huile végétale de Coco (phase huileuse) : 61,6 g – 22 %
  • BTMS (émulsifiant – phase huileuse) : 22,4 g – 8 %
  • Huile essentielle d’Ylang-Ylang III : 5,6 g – 2 %
  • Protéines de soie (actif cosmétique) : 5,6 g – 2%
  • Cosgard (conservateur) : 1,68 g / 52 gouttes – 0,6 %

Pour les femmes enceintes ou allaitant, vous supprimez les 2% d’huile essentielle d’Ylang Ylang, que vous remplacez par 2% d’eau. Vous aurez donc 57,4% d’eau, et pas d’huile essentielle.

Avant de commencer, assurez-vous que votre plan de travail a été nettoyé et désinfecté. Vos ustensiles doivent être stérilisés et également désinfectés avant de débuter.

Etape par étape

1 – Dans un bol en inox (ou un bol qui supportera le bain-marie), versez les 155,12 g d’eau. Ceci est la phase aqueuse, sans la glycérine végétale, qui elle, s’ajoutera hors du feu juste avant l’émulsion. Dans un second bol, mélangez les 61,6 g d’huile végétale de Coco et les 22,4 g de BTMS. Ceci est la phase huileuse.

2 – Mettez, ces deux bols au bain-marie à feu moyen. Il faut que l’émulsifiant fonde et forme un mélange homogène avec l’huile végétale de Coco. Si vous avez un thermomètre digital, attendez que les deux bols aient atteints la température de 65°- 70°C.

3 – Hors du feu, ajoutez la glycérine végétale à l’eau, puis, mélangez. Transférez la phase aqueuse (eau + glycérine) dans la phase huileuse tout en remuant. Remuez énergiquement avec un fouet manuel ou électrique jusqu’à l’obtention d’une émulsion homogène. Minimum 3 minutes, mais ne vous inquiétez pas si l’émulsion prend après 3 minutes, cela m’arrive également. Pour accélérer la prise de l’émulsion, vous pouvez aussi placer votre mélange dans un bol avec de l’eau et des glaçons (photo ci-dessous).processus stérilisation, bain-marie et émulsion

4 – Ajoutez ensuite les 5,6 g d’huile essentielle, puis, les 5,6 g de protéines de soie. Mélangez bien entre chaque ajout. Ensuite, ajoutez les 52 gouttes de conservateur cosgard ou celui de votre choix. Mélangez bien entre chaque ajout.

5 – Transférez le produit final dans votre récipient préalablement désinfecté.

Je laisse poser mon après-shampoing sur cheveux mouillés pendant minimum 5 minutes (le temps d’une douche). je rince à l’eau claire et comme j’ai les cheveux gras, je fais un dernier rinçage avec une eau de rinçage : dans une bouteille de 1 L, je mélange 3 cuillères à soupe de vinaigre de cidre et le reste d’eau froide. Je verse le contenu sur tout ma tête. Le vinaigre de cidre assainit et rééquilibre le cuir chevelu, il apporte brillance et douceur, réduit les pellicules. Il permet également d’accélérer la pousse des cheveux.

J’espère que cette recette vous plaira et que vous aurez l’occasion de la tester. N’hésitez pas à me faire un retour d’ailleurs. Des bisous à tous.

 

Publié par Laisser un commentaire

Chapitre 1 : Réduisons nos déchets cosmétiques – les cheveux

Réduisons nos déchets cosmétiques Chapitre 1 : les cheveux

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’animer un atelier/conférence au salon “Vivre Autrement”. J’avais choisi le thème Réduisons nos déchets cosmétiques. En effet, c’est une démarche que j’ai entreprise quand j’ai débuté la fabrication de mes propres cosmétiques, et je voulais partager avec vous, ces alternatives qui existent. Dans ces articles issus du dossier réduisons nos déchets cosmétiques, je vais vous expliquer mon quotidien dans la salle de bains. Ayant pour objectif d’utiliser uniquement des produits qui réduisent la pollution cosmétique tout en étant efficaces. Ce dossier abordera plusieurs thèmes, comme celui auquel nous nous intéressons aujourd’hui : les cheveux.

Voici les thèmes qui seront traités dans ce dossier réduisons nos déchets cosmétiques :

  • Introduction : les déchets cosmétiques en quelques mots (dans chaque chapitre)
  • Les cheveux (chapitre I)
  • Le visage (chapitre II)
  • Le corps (chapitre III)
  • L’hygiène dentaire et auriculaire (chapitre IV)

Les Déchets cosmétiques en quelques mots

Pour débuter, il me semble judicieux de rappeler la définition d’un cosmétique : un produit cosmétique est une « substance ou un mélange destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain (l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles”. Source le site santé-gouv 

En 2015, l’institut de sondage Ipsos publie un bilan assez inquiétant sur les déchets cosmétiques créés par les français. En effet, il en ressort que 75 000 tonnes de produits cosmétiques et d’hygiène sont jetés. Des déchets, qui ne sont malheureusement pas triés la plupart du temps. Il arrive que l’on jette dans la cuvette des toilettes certaines choses pensant que cela n’aura pas d’impact sur l’environnement. Or, tous ces déchets-là -parmi d’autres- sont rejetés dans les océans, qui sont aujourd’hui pollués. À tel point que plusieurs scientifiques ont rebaptisé une zone au large de la côte ouest des Etats-Unis le 7ème Continent.

L’association Surfrider Europe, qui se bat pour la protection des océans et du littoral, a récolté en 2015 plus de 16 000 coton-tiges sur les plages et les bords de rivières. Pour vous donner une idée, cela représente 3 fois et demi la hauteur de la tour Eiffel, lorsque l’on les met bout à bout. Autre exemple assez alarmant, celui des brosses à dents en plastique. Ces dernières créent plus de 1400 tonnes de déchets chaque année. Le plastique n’étant pas recyclable, ces déchets sont juste là, et empoisonnent notre environnement et la biodiversité. Je ne vous parle pas des tubes de dentifrice en plastique et ses composants néfaste qui s’ajoutent à cette pollution due aux cosmétiques.

Aujourd’hui, le problème de la pollution plastique ne peut plus être ignoré. Il faut que nous fassions notre part et agissions en être responsable. Beaucoup de marques proposent des alternatives et relayent des conseils pour pouvoir consommer sainement.

Un autre problème de pollution dû au maquillage est présent dans bon nombre de nos salles de bains. Celui des cotons démaquillants. En effet, étant faits en coton, on ne s’imagine pas que cela peut polluer. Malheureusement, ils créent tout autant de déchets si ce n’est plus, car ils sont jetés quotidiennement. De plus, la culture du coton conventionnel est la plus polluante au monde, car requiert énormément d’eau. Selon Consoglobe, une femme utilise en moyenne, 6 cotons par jour pour se démaquiller. Ceci équivaut à 180 cotons par mois et 2160 par an !

Réduisons nos déchets cosmétiques en pensant différemment. Pensons à la planète avant tout. De plus, cette consommation quotidienne nous coûte cher. Les solutions que je vous propose ci-dessous, sont non seulement écologiques mais aussi économiques. Ne donnons pas d’argent pour payer les services marketing de ces grandes marques peu scrupuleuses. Sachez que je suis issue d’une formation en communication et en marketing donc je sais de quoi je parle.

réduisons nos déchets cosmétiques

Prendre soin de ses cheveux

 Le shampoing no poo : par définition, le terme shampoing no poo vient de la contraction de “no-shampoo”. C’est-à-dire pas de shampoing. Un shampoing au sens traditionnel, comme on peut le trouver en grande surface se compose entre autres d’agents décapants, nettoyants et moussants qu l’on nomme tensioactifs. Il existe plusieurs catégories de tensioactifs dont ces fameux agents nettoyants, auxquels nous nous intéressons.

Le concept du no-poo consiste à espacer les shampoings jusqu’à ne plus les laver au sens traditionnel. Nous pouvons espacer nos shampoings en utilisant des “shampoings secs”. En terme de shampoing sec doux pour le cuir chevelu et la nature, il existe de nombreuses solutions. La première et celle que j’utilise est la Maïzena. Appliquée à la racine (en évitant le crâne), en petite quantité grâce à une salière ou d’un gros pinceau, elle absorbe le surplus de sébum. N’oubliez pas, après l’application, de bien brosser vos cheveux pour répartir la poudre et enlever le surplus.

Le no-poo consiste également à utiliser des produits doux et respectueux de l’environnement, et de notre santé. Les soins no-poo se font donc avec des poudres de plantes (poudres ayurvédiques), des argiles et du bicarbonate de soude par exemple. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, ce n’est pas “sale” de se laver les cheveux avec de la “terre”. En effet, beaucoup de poudre de plantes et d’argiles ont des vertus purifiantes et se composent de saponines qui elles, nettoient. Sous forme de pâte en les mélangeant avec de l’eau, ces poudres sont faciles d’application.  Ou alors, sous forme de “shampoing sec”. Plusieurs poudres de plantes sont de couleur foncée, elles s’adapteront parfaitement aux cheveux bruns. Mélangée à la Maïzena, vous pouvez adapter votre shampoing sec à votre couleur de cheveux.

Dans le concept du no-poo, le brossage quotidien des cheveux est très important. Non seulement, il permet de répartir le sébum, d’éliminer des résidus et impuretés, mais également, d’aérer la chevelure. Réduisons nos déchets cosmétiques en utilisant des brosses écologiques comme les brosses en bois avec les picots aussi en bois. Ces brosses-là ont pour avantage de ne pas agresser le cuir chevelu, mais au contraire, le masse. De plus, elles le stimule et empêche l’électricité statique des cheveux. Nous réduisons nos déchets cosmétiques en n’achetant plus de shampoings qui ont pour contenant des bouteilles en plastique, et qui sont composés d’éléments polluants. Voici donc quelques idées de recettes de shampoings no poo en pâte à faire à la maison et à laisser poser sur le cuir chevelu :

Cheveux gras : Rhassoul + Poudre d’Orange + Eau frémissante

Cheveux secs : Poudre de Reetha (riches en saponine) + Poudre d’Orange + Eau frémissante + Huile végétale d’Avocat

 Colorés : Poudre de Sidr (riches en saponine) + Eau frémissanteno poo poudres ayurvédiques réduisons nos déchets cosmétiques

L’astuce en plus : fabriquer sa propre poudre d’orange, c’est possible et très simple. La poudre d’orange est une poudre ayurvédique que vous pourrez utiliser en shampoing sec ou en shampoing en pâte. Elle nettoie les cheveux, les rend brillants, les démêle, stimule et tonifie le cuir chevelu. Pour la fabriquer, il suffit simplement de garder les peaux d’oranges et de les faire sécher au four à basse température par exemple. Suite à cela, vous pourrez les broyer soit avec un pilon soit un mixeur. Cette poudre sera efficace tout en parfumant vos cosmétiques.

Le shampoing solide : il existe deux types de shampoing solide ; les pains de savon surgras, qui, agrémentés d’argiles ou d’autres poudres de plantes peuvent s’adapter à chaque type de cheveux. À la différence des savons surgras utilisés pour le corps, ceux pour les cheveux peuvent contenir également un agent moussant supplémentaire. Il existe également des shampoings solides (non surgras) qui sont faits à partir de tensioactifs.

La différence entre le shampoing surgras et le shampoing solide est la fabrication. Le premier se produit à froid, et l’autre a besoin que ses composants soient chauffés pour bien se mélanger. Vous pourrez trouver sur le blog, plusieurs recettes de shampoings solides pour cheveux secs, cheveux gras et cheveux mixtes & colorés.

Ces deux types de formules sont réalisables à la maison et sont très bonnes pour l’environnement. Nous réduisons nos déchets cosmétiques avec ces produits, car ils n’ont que très peu, voire pas d’emballage et leur composition est douce pour la planète. Quand vous achetez ces produits, les emballages sont très souvent biodégradables et/ou réutilisables. Il faut savoir que le shampoing liquide en bouteille, requiert de grandes quantités d’eau à la production. En effet, ils sont généralement constitués à plus de 75 % d’eau. Les bouteilles plastiques qui servent de contenants sont très difficiles à recycler (quand elles sont recyclables).Les shampoings solides : réduisons nos déchets cosmétiques

L’après/avant shampoing nourrissant : au plus simple et efficace, je vous conseille d’appliquer de l’huile végétale de coco sur vos longueurs. Vous pouvez appliquer l’huile sur cheveux secs ou mouillés. Laissez poser 30 minutes minimum et rincez en faisant un shampoing. Le shampoing va permettre d’éliminer le surplus d’huile que vos cheveux n’auront pas absorbé. Pour ceux qui préfèrent, il existe également des marques qui proposent des avant-shampoings nourrissants solides, respectueux de l’environnement. Pour aller encore plus loin, je vous propose cette recette pour réaliser vous-même vos avant shampoings solides.

Le lissage : les fers à lisser que l’on utilise traditionnellement de par leur composition, leur méthode de fabrication, mais aussi d’utilisation, ne sont pas très écologiques. De plus, comment fait-on lorsque l’on n’a pas accès à une prise électrique ? Voici mon alternative naturelle : le Kardoune. La méthode du kardoune pour lisser les cheveux est ancestrale et vient du Maghreb. Il s’agit d’un ruban en coton tissé qu’il faut enrouler (très serré) sur toute la longueur des cheveux humidifiés, et à garder toute la nuit. Voici un tutoriel vidéo de l’utilisation du Kardoune. Nous réduisons nos déchets cosmétiques, car le kardoune est réutilisable jusqu’à ce qu’il s’abîme, et, car nous n’utilisons aucune autre source d’énergie polluante pour nous faire belle !kardoune réduisons nos déchets cosmétiques

Voilà, vous savez tout de ma routine capillaire pour réduire mes déchets cosmétiques. Le chapitre 2 de cette démarche réduisons nos déchets cosmétiques concernera les soins du visage. J’espère que vous aurez appris des choses dans cet article, et que vous serez aussi sensibilisés que moi. À très vite les amis.

Publié par Laisser un commentaire

Cosmétique zéro déchet : shampoing solide cheveux secs

bandeau shampoing solide zéro déchet

Depuis que j’ai débuté mon projet de blog, je m’évertue à mettre en avant les cosmétiques zéro déchet et les cosmétiques bons pour la planète et pour notre peau. J’essaye de prouver, recette après recette que tout le monde peut y trouver son compte. Quel que soit votre type de peau ou de cheveux. Aujourd’hui, je m’adresse à ceux et celles qui ont les cheveux secs et/ou abîmés. De plus, cette recette vous permettra de vous faire entre 70 et 80 shampoings et ne rien jeter à la poubelle -> Objectif zéro déchet les amis.

Je vous avais déjà proposé un shampoing solide pour cheveux secs qui était également pour ma maman (comme celle-ci), mais j’ai voulu modifier les quantités et les poudres de plantes. Tout autant efficace, il existe un grand nombre de poudres ayurvédiques, de plantes ou d’argiles qui fonctionneraient. C’est pour cela que je voulais vous présenter plusieurs options, selon ce que vous avez à disposition ou ce que vous souhaitez tester.

Petit conseil pour bien nourrir les pointes sèches ; faites, un “bain d’huile de coco” sur vos longueurs & pointes. C’est un masque avant shampoing. Si vous lavez vos cheveux le matin, appliquez l’huile dès le soir et laissez poser toute la nuit. Entourez vos cheveux d’une serviette pour ne pas salir le coussin. Si vous lavez vos cheveux le soir, laissez poser l’huile au moins deux heures avant le shampoing, ce sera déjà bien. L’huile de coco diminue l’endommagement capillaire, nourrit les cheveux et facilite le démêlage. Le shampoing permettra d’enlever le surplus d’huile que vos cheveux n’auront pas absorbé.

Je fabrique tous mes shampoings solides avec cette base d’ingrédient :

Tensioactif + Eau + Poudre de plante/Argile + Huile végétale + Huile Essentielle + Actifs

Voici les ingrédients sélectionnés pour un shampoing zéro déchet pour cheveux secs et abîmés.

Tensioactifs SCI + Sodium coco sulfate : effet moussant, nettoyant, démêlant. Le SCI est le plus doux que j’ai trouvé pour la fabrication des shampoings solides. Il s’utilise généralement en co-émulsifiant, pour cette recette, je l’ai utilisé en majorité. Je l’ai donc mélangé à du sodium coco sulfate qui est d’origine naturelle et qui lui aussi est nettoyant, plus moussant. Parfait pour les shampoings solides, il est néanmoins moins doux que le SCI.

Eau de source Evian : c’est l’eau que j’utilise pour la fabrication de mes recettes cosmétiques. Elle est peu minéralisée et est moins calcaire que l’eau du robinet.

Poudre ayurvédique d’Orange : elle tonifie le cuir chevelu en favorisant la circulation sanguine. Elle apporte également brillance, souplesse et facilite le démêlage.

Poudre de Guimauve : elle gaine le cheveu, le protège et lui apporte de la brillance. Elle hydrate et nourrit les cheveux secs et abimés et comme la poudre d’orange, elle facilité le démêlage. Elle donne également du volume.

Huile végétale de Coco :  son affinité avec la fibre capillaire permet une absorption facile. Elle prévient la casse des cheveux, les protège, les assouplit et les gaine. Elle nourrit les cheveux en profondeur et leur apporte de la brillance.

Protéines de soie : elles maintiennent l’hydratation des cheveux, les fortifient, les gainent et les lissent. Les cheveux sont plus doux et brillants.

Huile essentielle d’Ylang-Ylang III : elle ralentit la chute des cheveux et leur apporte de la brillance.
ingrédients shampoing solide cheveux secs & abimés

Pour 90 grammes environ (avec une petite marge pour les pertes).

  • Tensioactif SCI : 36 g – 40%
  • Tensioactif Sodium coco sulfate : 22,5 g – 25 %
  • Eau : 10 g – 11 %
  • Huile végétale de Coco : 10 g – 11 %
  • Poudre d’Orange : 4,5 g – 5 %
  • Poudre de Guimauve : 4,5 g – 5 %
  • Protéines de soie : 1.8 g – 1.56 ml / 39 gouttes – 2 %
  • Huile essentielle d’Ylang-ylang : 0,9 g / 35 gouttes – 1 %

J’ai pu trouver plusieurs recettes qui utilisaient beaucoup moins de tensioactifs et plus de poudres, c’est donc mon prochain challenge. Si vous avez déjà tester avec un pourcentage de tensioactif plus faible, dites-moi ce que ça donne. Je trouve que mes shampoings solides sont trop concentrés en tensioactifs et pas assez en poudres de plantes, ce qui est dommage. Je ferai de nouveaux tests et reviendrai vers vous plus vite avec mon verdict. En attendant, voici la méthode de production de ce shampoing solide zéro déchet :

1re étape : au bain-marie, on mélange les tensioactifs avec l’eau. Il faut que les tensioactifs « fondent » pour former une pâte avec l’eau. Environ une vingtaine de minutes.

2e étape : ensuite, on ajoute la poudre d’orange, de guimauve et l’huile de coco. Huile de coco que vous aurez préalablement fait fondre. On mélange jusqu’à l’obtention d’un résultat qui nous paraît homogène

3e étape : enfin, hors du bain-marie, on ajoute la protéine de soie et l’huile essentielle d’ylang-ylang. Mélangez bien entre chaque ajout.

4e et dernière étape : on remplit le moule et on tasse bien pour que le shampoing soit compact et ne s’effrite pas. On attend 24h avant utilisation, car il faut que le shampoing soit bien sec. On peut également le placer au réfrigérateur pendant quelques heures pour faciliter le durcissement.

Et voilà, c’est fini, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Si ce shampoing dessèche vos cheveux. Ma maman me dit que non, mais j’ai pu lire plusieurs commentaires de personnes aux cheveux secs qui disaient qu’elles étaient déçues. Comme à tout problème, il y a une solution, les formules peuvent être modifiées pour s’adapter à chacun d’entre nous. Il faut garder espoir dans le GREEN !

Des bisous et à très vite